Netanyahu dit aux juifs de France qu'Israël est leur «foyer», Manuel Valls lui répond

TERRORISME Le Premier ministre français a assuré avec force, lors d'un rassemblement de commémoration sur les lieux de la prise d'otages, que la place des juifs de France était en France...

M.C. avec AFP
— 
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu le 28 décembre 2014 dans son bureau à Jérusalem
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu le 28 décembre 2014 dans son bureau à Jérusalem — Gali Tibbon AFP

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a affirmé samedi soir aux juifs de France qu'Israël était «leur foyer», évoquant dans une allocution télévisée la prise d'otages meurtrière dans un supermarché casher à Paris qui s'est soldé par la mort de quatre otages juifs.

>> A lire: Ilan et son fils de deux ans, cachés dans un frigo

Des déclarations qui ont été suivies d'une réplique du Premier ministre français Manuel Valls qui a assuré avec force, lors d'un rassemblement de commémoration sur les lieux de la prise d'otages, que la place des juifs de France était en France.

«A moins que le monde ne revienne à la raison, le terrorisme va continuer à frapper»

«A tous les juifs de France, tous les juifs d'Europe, je vous dis: Israël n'est pas seulement le lieu vers lequel vous vous tournez pour prier, l'Etat d'Israël est votre foyer», a déclaré Benjamin Netanyahu. «Nous présentons nos sincères condoléances à nos frères juifs qui ont été tués pour le seul fait qu'ils étaient juifs. Nos frères et soeurs de la communauté juive de France, nous partageons votre peine devant ces terribles pertes», a-t-il ajouté.

Dans un communiqué, le Premier ministre israélien a ensuite donné les noms des victimes: Yohav Hattab, Philippe Braham, Yohan Cohen et Francois-Michel Saada. «A moins que le monde ne revienne à la raison, le terrorisme va continuer à frapper», a-t-il encore déclaré, sur son compte Twitter.

Première communauté juive d'Europe

A Paris, le Premier ministre français Manuel Valls, arrivé par surprise samedi soir au rassemblement de commémoration, a pris le contrepied de Benjamin Netanyahu assurant avec gravité que «la France, sans les juifs de France, n'est plus la France».

«Les juifs de France, depuis de nombreuses années, ont peur», a rappelé le chef du gouvernement français. Salué par plusieurs salves d'applaudissements, il a rendu hommage à «la communauté juive la plus nombreuse d'Europe, la plus ancienne, qui a tellement contribué à la République». «N'ayons pas peur, d'être journalistes, d'être policiers, d'être juifs, d'être citoyens», a martelé Manuel Valls.

L'an dernier, pour la première fois depuis la création d'Israël en 1948, la France a été le premier pays d'émigration vers l'Etat hébreu avec plus de 6.600 juifs l'ayant quitté pour s'installer en Israël, contre 3.400 en 2013. Estimés à 500.000 ou 600.000 membres, les juifs de France représentent la première communauté juive d'Europe et la troisième au monde, derrière Israël et les Etats-Unis.