Attaques à Paris: Hayat Boumeddiene est probablement en Syrie

MONDE La compagne du preneur d'otages tué vendredi par la police à Paris aurait franchi la frontière turco-syrienne dès jeudi….

Nicolas Bégasse

— 

l'appel à témoins concernant Hayat Boumeddiene,  publié par le ministère de l'Intérieur le 9 janvier 2015.
l'appel à témoins concernant Hayat Boumeddiene, publié par le ministère de l'Intérieur le 9 janvier 2015. — Sipa

L’itinéraire de la cavale d’Hayat Boumeddiene, la compagne d’Amedy Coulibaly, se précise. Selon une source sécuritaire turque cité par l’AFP, la jeune femme de 26 ans est entrée le 2 janvier en Turquie mais se trouve probablement désormais en Syrie.

Vol Madrid-Istanbul

«Elle est entrée en Turquie le 2 janvier (...) nous pensons qu'elle était à Urfa (sud-est) une semaine plus tard mais sans en avoir la preuve. La suspecte est désormais probablement en Syrie mais nous n'en avons pas la certitude», a déclaré cette source à l'AFP.

Selon les informations du Parisien, Hayat Boumeddiene aurait pris un vol Madrid-Istanbul vendredi 2 janvier, «en compagnie d'un homme dont le frère serait connu des services de renseignement français». Elle aurait été munie d'un billet retour pour le 9 janvier mais n'aurait jamais pris ce vol car elle aurait franchi la frontière turco-syrienne dès le jeudi 8 janvier selon les services de renseignement turcs.

>> Qui est Hayat Boumeddienne, la femme la plus recherchée de France

«Il n'y a pas eu d'échange de renseignement»

La police française a délivré un avis de recherche pour déterminer son éventuel rôle dans la fusillade perpétrée par Amedy Coulibaly à Montrouge (sud de Paris, un mort jeudi matin) et pour l'éventuelle aide qu'elle aurait pu lui apporter lors de la prise d'otages dans le magasin casher (quatre morts) à Vincennes, aux portes de Paris vendredi.

La source sécuritaire turque citée par l’AFP a précisé que la suspecte n'avait pas été arrêtée par les autorités d'Ankara car elles n'avaient pas été informées de son caractère dangereux par Paris.

«Il n'y a pas eu d'échange de renseignement, c'est pour ça que nous n'avons pu empêcher (son entrée en Turquie)», a dit cette source, «nous ne pouvons pas nous permettre le luxe d'empêcher qui que ce soit d'entrer sans renseignement», a poursuivi la source.

«Si nous avions eu ce renseignement à temps, nous aurions pu l'extrader», a souligné cette source, ajoutant toutefois que «l'échange de renseignement (avec Paris) est désormais meilleur qu'en temps normal».

L'avis de recherche émis par la France indique que Hayat Boumeddiene est susceptible d'être «armée et dangereuse».