Attaque à «Charlie Hebdo»: Un dispositif de sécurité exceptionnel pour la «marche républicaine»

SOCIETE Les mesures de sécurité, incluant plus de 5.500 policiers et militaires, seront hors norme dimanche dans l’agglomération parisienne…

Anne-Laëtitia Béraud

— 

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve à l'Elysée le 8 janvier 2015. AFP PHOTO / PATRICK KOVARIK Lancer le diaporama
Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve à l'Elysée le 8 janvier 2015. AFP PHOTO / PATRICK KOVARIK — AFP

Un dispositif de sécurité hors norme est prévu dimanche dans la capitale, au lendemain des attaques terroristes qui ont fait 17 morts et de nombreux blessés les 7, 8 et 9 janvier. Soulignant la «portée hautement symbolique» de cette manifestation, Bernard Cazeneuve a déclaré que «face à cette situation exceptionnelle, des mesures tout aussi exceptionnelles seront prises pour assurer la sécurité de la manifestation et le respect de l'ordre public».

>> Toutes les infos sur cette actualité, dans notre live de ce samedi

Alors que plusieurs centaines de milliers de personnes sont attendues dimanche à Paris, environ 5.500 policiers et militaires sont mobilisés dans l’agglomération parisienne. Environ 2.200 policiers de «24 unités» assureront la sécurité de la «marche républicaine», a annoncé samedi le ministre. Du côté des militaires, environ 1.350 participeront au plan de protection antiterroriste Vigipirate.

Tireurs d'élite et surveillance des transports

«Des tireurs d'élite seront positionnés sur les toits des immeubles bordant le parcours. Les toits et les égouts feront l'objet d'inspections préalables», a précisé Bernard Cazeneuve. Il a mentionné 150 policiers en civil chargés de la protection des hautes personnalités, alors que de nombreux chefs de gouvernements étrangers sont attendus, en plus de «56 équipes motocyclistes» et «20 équipes des BAC de Paris». Le réseau de transports en commun parisien serait quant à lui «particulièrement surveillé».

>> Banderoles et pancartes lors des rassemblements de ce samedi

Le ministre a également évoqué la protection de «sites sensibles», tels les sièges des médias, les lieux de culte, les écoles confessionnelles, les bâtiments publics, institutions et ambassades.