Traque des frères Kouachi: Lilian, 26 ans, caché sous un évier pendant des heures

TERRORISME Coincé dans le bâtiment où étaient réfugiés les terroristes, le jeune homme a pu renseigner le GIGN...

20 Minutes avec AFP

— 

Lilian, 26 ans accompagné par deux hommes du raid à la fin de la prise d'otages
Lilian, 26 ans accompagné par deux hommes du raid à la fin de la prise d'otages — Gendarmerie

Le héros du jour a un prénom: Lilian. A Dammartin-en-Goële, le jeune homme de 26 ans a eu la vie sauve en se cachant. Les frères Kouachi n'ont jamais su qu'un homme se trouvait dans le bâtiment où ils s'étaient réfugiés...

Caché sous un évier

Dans l'imprimerie du nord-est de Paris, où se sont retranchés vendredi les deux frères Kouachi, un employé a eu le réflexe de se réfugier «sous un évier dans la salle de restauration» du second étage, a indiqué le procureur de Paris. Lilian, 26 ans, est le graphiste de l'entreprise dans laquelle les deux terroristes s'étaient retranchés. Pendant toute la journée ce témoin malgré lui des événements a été "terrorisé" mais est parvenu à surmonter sa peur pour ne pas se faire repérer..

Il renseigne le GIGN

Mieux encore. l'homme a pu renseigner les enquêteurs tout au long d ela journée. Avec ses SMS, il a pu donner «des éléments tactiques, comme sa position à l'intérieur des locaux, à la cellule négociation» du GIGN, l'unité d'élite chargée de l'opération, a expliqué une source proche de l'enquête. Des renseignements d'autant plus précieux qu'il a «pu entendre les deux suspects parler». Ce contact »a permis de le rassurer et de lui donner la conduite à tenir pour le plan d'assaut", a expliqué la source. Il a pu aussi communiquer également par texto avec un membre de sa famille

Au moment de l'assaut des troupes d'élite, «simultanément à l'ouverture du feu, un véhicule blindé de la gendarmerie permet d'accéder à l'étage pour libérer¨ Lilian "en évitant d'éventuels pièges" au rez-de-chaussée. Le graphiste de l'imprimerie, indemne, a ensuite été pris en charge par les gendarmes et amené au quartier général. Il a retrouvé sa famille «assez rapidement« après l'assaut, a expliqué une autre source proche du dossier, qui assure que le jeune homme «va bien» mais est «choqué».