Attaque à «Charlie Hebdo»: Est-il dangereux d’aller manifester dimanche?

SOCIETE Alors que les nombreux chefs d’Etat présents ainsi que la foule compacte pourraient représenter une cible facile…

Julien Laloye

— 

Les Parisiens réunis place de la République, en hommage aux victimes des attaques terroristes, le 7 janvier 2014 à Paris.
Les Parisiens réunis place de la République, en hommage aux victimes des attaques terroristes, le 7 janvier 2014 à Paris. — EREZ LICHTFELD/SIPA

Angela Merkel, David Cameron, Mariano Rajoy, Matteo Renzi, Jean-Claude Juncker, et bien entendu, le président de la République François Hollande. La plupart des chefs d'Etat et de gouvernement européens se rendront, en signe de solidarité, à la grande «marche républicaine» en hommage aux victimes des attentats, dimanche à Paris. Leur présence, associée à une foule sans doute très nombreuse –il y avait plus de 35.000 personnes, mercredi, lors de l’hommage spontané aux victimes de Charlie Hebdo- rend le rassemblement, pour l’instant pacté par les principaux partis politiques français en dehors du FN, potentiellement explosif.

«Un degré de risque inédit» 

«Le degré de risque d’une telle manifestation est-peut-être inédit dans l’histoire vu le contexte actuel, explique Xavier Latour, professeur de droit à l’Université de Nice et spécialiste de la sécurité. Même si les forces de police ont une certaine habitude des manifestations, et que la présence de chefs d’états étrangers permettra de se coordonner avec des services de sécurité supplémentaires, ce sera difficile d’en vouloir à ceux qui réfléchissent à deux fois avant d’y aller, notamment en famille». 

Selon une source de 20 Minutes au ministère de l’Intérieur, «la faisabilité opérationnelle» d’une telle manifestation en termes de sécurité publique, est d’ailleurs loin d’être acquise, en dépit de la volonté politique des élus. C’est aussi l’avis d’un membre du pôle antiterroriste du palais de justice de Paris, interrogé anonymement par Le Figaro. «C'est un vrai problème. Vu le contexte et sachant que tous les suspects n'ont peut-être pas été identifiés, la décision de maintenir cette manifestation laisse perplexe. Il eût peut-être été plus sage de reporter cet événement de quelques jours.»

«Les autorités mobiliseront tous les moyens nécessaires» 

Si elle est bien maintenue, la manifestation, qui devrait emprunter trois boulevards pour juguler l’affluence - par le boulevard Voltaire, par Bastille et par l'avenue Philippe-Auguste - sera très fortement encadrée. Dans le cadre du plan Vigipirate relevé au niveau attentat, plus de 9.000 policiers, gendarmes, ou militaires, ont été mobilisés ces derniers jours en Ile-de-France. «Les autorités mobiliseront tous les moyens nécessaires, reprend Xavier Latour. Je pense à la vidéo protection dans les transports en commun, la surveillance mobile le long du cortège, et embarquée par hélicoptère. Mais personne ne peut garantir la sécurité des participants à 100% dimanche.»