Attaque de «Charlie Hebdo»: Les frères Kouachi tués dans l'assaut à Dammartin, l'homme caché libéré

SOCIETE Les frères Kouachi sont décédés durant l'assaut lancé peu après 17h....

Anne-Laëtitia Béraud
— 
La police sur le toit d'un bâtiment à Dammartin-en-Goële, où sont retranchés les frères Kouachi, le 9 janvier.
La police sur le toit d'un bâtiment à Dammartin-en-Goële, où sont retranchés les frères Kouachi, le 9 janvier. — DOMINIQUE FAGET / AFP

Un succès qui semble total pour les forces de l'ordre. Les deux suspects de Charlie Hebdo ont été tués dans l'assaut à Dammartin-en-Goële, selon des sources proches du dossier. Un homme qui s'était caché dans l'entreprise toute la journée a été libéré et est indemne. Un membre du GIGN a été blessé dans l'opération, mais ses jours ne sont pas en danger.

>> Tous les événements dans notre live à Dammartin-en-Goële

>> Notre live sur la prise d'otage à Paris, porte de Vincennes

Les deux suspects tués dans l'assaut, armés de kalachnikov, étaient sortis « en tirant sur les forces de l'ordre, ce qui a déclenché leur neutralisation immédiate , a déclaré cette source, ajoutant qu'un «gendarme du GIGN a été légèrement blessé». «L'otage, un homme de 26 ans, qui s'était cloîtré depuis le début dans une des pièces de l'entreprise, est indemne», a-t-elle ajouté.

A 20 Minutes, des sources policières ont indiqué à propos de l'homme caché dans l'imprimerie: «Nous avions des oreilles à l'intérieur [de l'entreprise]».

Village bouclé

Bernard Corneille, maire de la commune d'Othis, voisine de Dammartin, a déclaré à 20 Minutes après l'assaut: «C'est un vrai soulagement pour tous». 

Le GIGN a lancé vendredi peu avant 17H00 un assaut contre les deux frères Chérif et Saïd Kouachi, auteurs présumés de la tuerie de Charlie Hebdo, et qui étaient retranchés avec un otage dans les locaux d'une petite imprimerie de la zone industrielle de Dammartin-en-Goële, en Seine-et-Marne, au nord-est de Paris.

Le village de 8.000 habitants était depuis ce matin en état de siège, totalement bouclé par les forces de l'ordre. Des hélicoptères ont survolé durant la journée le site, encerclé par les hommes du GIGN et du Raid.

>> Lire l'itinéraire de Chérif Kouachi, un djihadiste déjà arrêté en 2005

Plusieurs établissements scolaires de la zone ont été évacués, les commerces fermés et les habitants barricadés chez eux. Les vols sont légèrement perturbés à l'atterrissage sur l'aéroport international de Roissy situé à une vingtaine de kilomètres.

«Neutraliser les auteurs»

Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a confirmé ce vendredi qu'il s'agissait de «neutraliser les auteurs» de l'attentat. Des négociateurs ont «tenté d'établir un contact», selon le ministère de l'Intérieur.

Avant de se retrancher dans l'imprimerie, les frères Kouachi avaient échangé vers 8h des tirs nourris avec des policiers sans faire de victime à un barrage non loin de Dammartin à une demi-heure de route de la zone où se concentraient jusqu'alors les recherches. Ils circulaient dans une Peugeot 206 tout juste volée à une automobiliste qui les a reconnus.

>> Lire Que sait-on de la «filière irakienne du XIXe arrondissement»?

Chérif et Saïd Kouachi, 32 et 34 ans, Français nés à Paris de parents algériens, sont des jihadistes dont le nom est inscrit «depuis des années» sur la liste noire américaine du terrorisme, selon une source américaine. Au total, neuf personnes ont été placées en garde à vue dans l'enquête sur l'attentat, le plus meurtrier en France depuis un demi-siècle avec 12 morts.