Fusillade de Montrouge: Que sait-on du suspect, Amedy Coulybaly?

ATTENTAT Il a été identifié et cet homme est lié aux deux djihadistes soupçonnés de l'attentat contre le journal «Charlie Hebdo»...

C.B. avec AFP

— 

Des enquêteurs sur les lieux de la fusillade à Montrouge qui a coûté la vie à une policière municipale le 8 janvier 2015
Des enquêteurs sur les lieux de la fusillade à Montrouge qui a coûté la vie à une policière municipale le 8 janvier 2015 — Kenzo Tribouillard AFP

L’étau se resserre sur le tireur de Montrouge. L’identité de cet homme est désormais connue des enquêteurs. Ces derniers ont également établi une «connexion» entre l'homme et les frères Kouachi accusés de l'attentat contre le journal Charlie Hebdo.

Ces deux djihadistes étaient retranchés vendredi, lourdement armés et avec un otage, dans les locaux d'une petite entreprise au nord-est de Paris. Quant au tireur de Montrouge, après avoir été impliqué dans une fusillade qui a éclaté près de la porte de Vincennes à Paris vers 13 heures, il se serait retranché dans une épicerie casher de Paris, où une prise d’otages est en cours. Au moins cinq personnes sont retenues. Le tireur de Montrouge appartiendrait au même groupe islamiste que celui des frères Kouachi, le groupe des Buttes-Chaumont.

«C'est le tireur de Montrouge», a affirmé l'une des sources. On ignorait dans l'immédiat si des personnes avaient été blessées dans la fusillade, ni combien de personnes étaient retenues.

Ses liens avec les frères Kouachi

Amedy Coulibaly connaît un des deux tueurs présumés de Charlie Hebdo, Chérif Kouachi, selon une source citée par l'AFP. Les deux hommes avaient été repérés ensemble en 2010 alors qu'ils rendaient visite dans le Cantal à Djamel Beghal, une autre figure de l'islamisme radical français. Il a par ailleurs un passé judiciare chargé puisqu'il aurait été connu pour des vols à armés, violences sans arme, violences volontaires.

Deux proches du tireur interpellés

Deux interpellations ont eu lieu vendredi matin dans «l'entourage très proche» du tireur présumé de Montrouge, selon des sources proches du dossier. Ces opérations qui se sont déroulées dans le quartier réputé sensible de la Grande Borne à Grigny «concernent le cadre familial de l'individu recherché», a précisé à l'AFP le maire de Grigny, Philippe Rio. Les enquêteurs ont découvert au cours des perquisitions effectuées au domicile des parents de la documentation islamiste.

L'enquête «avance», avait assuré un peu plus tôt le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, sans donner plus de précisions. Deux autres personnes, arrêtées jeudi, sont toujours en garde à vue dans les locaux de la police judiciaire des Hauts-de-Seine dans le dossier de Montrouge. «Rien ne prouve à ce stade qu'elles soient impliquées dans les faits», a rappelé une source policière.

Une policière municipale de 26 ans, encore stagiaire, a été tuée dans cette fusillade et un agent de la voirie a été grièvement blessé. Le tireur était porteur au moment des faits d'un gilet pare-balles, d'une arme de poing et d'un fusil-mitrailleur. Il s'est enfui à bord d'une Clio retrouvée dans la matinée à Arcueil (Val-de-Marne).