VIDEO. Jeannette Bougrab: «On ne peut être que très fier de lui, il mérite le Panthéon»

EMOTION La compagne de Stéphane Charbonnier a évoqué un « combattant de la liberté » et souhaite que les dessinateurs assassinés de «Charlie Hebdo» entrent au Panthéon...

20 Minutes avec AFP

— 

Jeannette Bougrab, sur le plateau du JT de 20h de TF1, à Paris, le 8 janvier 2015.
Jeannette Bougrab, sur le plateau du JT de 20h de TF1, à Paris, le 8 janvier 2015. — Capture d'écran / TF1

Les proches des victimes de l’attentat de Charlie Hebdo témoignent dans les médias. Après Patrick Pelloux et Laurent Léger, deux collaborateurs de l’hebdomadaire satirique, c’est Jeannette Bougrab qui s’est exprimée jeudi dans les médias. La compagne de Stéphane Charbonnier, alias Charb, dessinateur et directeur de la publication qui est l'un des 12 morts de la fusillade, a livré son témoignage, sur BFM TV, puis sur TF1. Ses mots ont bouleversé de nombreux téléspectateurs.

Au journal de 20h de TF1, très émue, elle a qualifié son compagnon de «combattant de la liberté»: «Il vivait avec la peur, il savait qu’il allait être un jour assassiné». Elle regrette que les dessinateurs aient été « accusés d’être islamophobes, d’être racistes (…). On les a stigmatisés et on les a pointés du doigt pour les faire assassiner.»


Voir la vidéo de BFM par ici, la vidéo de TF1 par ici

Plus tôt dans la journée, sur BFM TV, Jeannette Bougrab dénonçait encore le fait qu'ils étaient abandonnés à leus sort: «Ils étaient accusés de tous les maux sur les réseaux sociaux, sur Twitter et jamais personne ne les a réellement défendus.»

«J'ai le sentiment d'un immense gâchis»

«On aurait pu sauver leur vie, on ne l'a pas fait, j'ai le sentiment d'un immense gâchis», a poursuivi Jeannette Bougrab en qualifiant les membres décédés de Charlie Hebdo de «gens exceptionnels, de vrais héros».

«Il est mort debout, on l'a exécuté parce qu'il défendait la laïcité, l'esprit voltairien, le fruit de cet idéal de la République qu'on a un peu oublié» a-t-elle ajouté en rappelant qu'elle était d'un bord politique «totalement différent» de son compagnon.

«On ne peut être que très fier de lui, il mérite le Panthéon (...) tous ces dessinateurs méritent le Panthéon», a-t-elle avancé car «ils se sont battus pour des principes et des libertés qu'on a oublié de défendre». Son compagnon préparait un livre sur l'islamophobie qui devrait sortir prochainement, a-t-elle confié.

«Un livre va sortir sur l'islamophobie (...) pour déconstruire» cette accusation dont Charb et ses collègues étaient parfois la cible, a expliqué Jeannette Bougrab. «Son livre va sortir alors qu'il n'est plus là», a-t-elle dit.

Jeannette Bougrab, 41 ans, membre de l’UMP, a été présidente de la Halde (Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité en 2010), avant d’être nommée par François Fillon secrétaire d’Etat à la Jeunesse et à la Vie associative dans le gouvernement de François Fillon.