Attaque à «Charlie Hebdo»: Revivez le film de l’après-midi de jeudi heure par heure

DECRYPTAGE 20minutes.fr revient sur les grands événements de l’après-midi au lendemain de l’attentat meurtrier à «Charlie Hebdo»…

Audrey Chauvet

— 

La police a passé les environs e Crépy-en-Valois au peigne fin dans la traque des deux suspects de l'attentat
La police a passé les environs e Crépy-en-Valois au peigne fin dans la traque des deux suspects de l'attentat — R.Baheux/20 Minutes

Après la minute de silence observée ce jeudi à midi dans toute la France, la traque des deux suspects en fuite s’est orientée vers l’Aisne. Les policiers sont toujours ce jeudi soir à la recherche des auteurs de l’attentat contre Charlie Hebdo, qui a fait douze morts ce mercredi.

>> Revivez les événements de ce jeudi matin

12h30: La surveillance est renforcée à toutes les portes de Paris

Des policiers sont présents à toutes les portes de Paris. Il s’avère que les deux suspects ont emprunté la RN2 vers le Nord-Est de Paris après leur braquage.

#attentat #charliehebdo pic.twitter.com/3b8vUxyttG

— Fabrice Pouliquen (@FabPouliquen) January 8, 2015 /photo/1" target="_blank">

/photo/1

 

13h30: Le prochain numéro de Charlie Hebdo sera tiré à 1 million d’exemplaires

L’avocat du magazine affirme que le prochain numéro de Charlie Hebdo, à paraître mercredi, sera tiré à un million d’exemplaire. Seulement 60.000 exemplaires étaient auparavant tirés chaque semaine. Le journal a notamment reçu des aides des groupes Canal+ et Le Monde, et l'équipe sera hébergée par Libération, a-t-il précisé. Des aides financières de 500.000 euros seront apportées pour ce numéro.

13h45: Les deux suspects sont repérés près de Villers-Côtterets, dans l’Aisne

Le RAID et le GIGN se déploient dans la zone où a été abandonnée la voiture utilisée par les deux suspects. Quelques minutes après, des hélicoptères survolent la ville de Crépy-en-Valois et la nationale 2.

14h30: Des drapeaux djihadistes et des cocktails Molotov sont retrouvés dans la voiture abandonnée  à Paris

«Cela démontre d'une part leur radicalisation islamiste, et qu'ils avaient peut-être prévu d'autres actions avec ces cocktails», explique une source proche du dossier. Lors de leur fuite, les assaillants ont abandonné leur véhicule, une Citroën C3, près du parc des Buttes-Chaumont dans le nord-est de Paris, après avoir percuté une automobiliste.

15h: La présence du Front national à la marche républicaine de dimanche divise la classe politique

Durant la réunion qui s’est tenue sans la présence du FN à l’Assemblée nationale, il a été convenu de ne pas inviter le parti frontiste dimanche. Une décision qui a fait enrager Marine Le Pen, qui a dénoncé jeudi après-midi sur iTélé le fait «de ne pas être invité à cette manifestation (...) Nous sommes contraints à ne pas y aller». Elle a pointé «l’impulsion de Manuel Valls» dans «une manipulation politique minable». La députée du Vaucluse Marion Maréchal-Le Pen a jugé ce refus de la main tendue «pas digne».

Tous les partis politiques français, sauf le FN, les principaux syndicats et associations de défense des droits de l'homme ont appelé jeudi dans un texte commun «tous les citoyens» à une «marche républicaine silencieuse» dimanche en hommage aux victimes de l'attentat contre Charlie Hebdo.

16h: Les recherches de la police se concentrent sur une ferme qui servirait de base aux suspects

Les forces d’intervention se concentrent sur une zone de 15 à 20 km autour de Crépy-en-Valois (Oise), le Raid ayant pris la zone Nord et le GIGN la zone Sud.

#CharlieHebdo pic.twitter.com/7UopLxzPfm

— Romain Baheux (@RBaheux) January 8, 2015 /photo/1" target="_blank">

/photo/1

 

#CharlieHebdo pic.twitter.com/Lu4zsIEfpw

— Romain Baheux (@RBaheux) January 8, 2015 /photo/1" target="_blank">

/photo/1

 

18h: François Fillon refuse d’exclure le Front national du rassemblement de dimanche

L’UMP a annoncé sa participation au rassemblement de dimanche et François Fillon affirme qu'on ne peut «pas parler d'unité nationale en excluant plusieurs millions de Français», en référence au Front national. 

18h15: Des dizaines de milliers de personnes se sont encore rassemblées partout en France ce jeudi soir

 

/photo/1

 

18h30: Le ministre américain de la Justice annonce un déplacement à Paris ce dimanche pour participer à une réunion internationale sur le terrorisme.

 

18h45: Bernard Cazeneuve affirme qu’on ne peut pas faire de lien entre Montrouge et «Charlie Hebdo»

«Aucun n’élément, à ce stade, ne permet d’établir un lien entre ces deux événements», déclare le ministre de l’Intérieur lors d’une conférence de presse. Il précise que neuf personnes sont actuellement en garde à vue et que Saïd Kouachi, l’un des deux frères recherché, a été «formellement reconnu sur photo comme agresseur». «Domicilié à Reims» et «sans emploi», il «n'a jamais été poursuivi ou condamné mais apparaissait en périphérie des affaires de son frère» cadet, un djihadiste connu des services antiterroristes, a précisé Bernard Cazeneuve.

19h: Plus de 90 témoins sont entendus, l’autopsie des victimes est en cours et l’investigation des téléphones et d’Internet est en cours

 

19h30: La BRI arrive à Longpont

La brigade  de recherche et d’intervention arrive sur place.

#CharlieHebdo pic.twitter.com/o0iV5rkHzM

— Romain Baheux (@RBaheux) January 8, 2015 /photo/1" target="_blank">

/photo/1

 

19h50: Fleur Pellerin veut débloquer 1 million d’euros pour Charlie Hebdo

La ministre fait travailler ses équipes pour «changer les textes», afin que Charlie Hebdo puisse bénéficier «d'aides structurelles» auxquelles un hebdomadaire satirique n'a pas droit, selon les règles actuelles des aides à la presse.

20h: Les recherches se poursuivront toute la nuit

Des hommes du Raid et du GIGN, qui menaient jeudi près de Villers-Cotterêts (Aisne) et Crépy-en-Valois (Oise) une traque intensive des deux suspects de l'attentat contre Charlie Hebdo, les frères Chérif et Saïd Kouachi, toujours introuvables, devaient la poursuivre toute la nuit, a-t-on indiqué de sources policières.

 

22h: Le dispositif de recherche s'allège en Picardie

La majorité des forces d'intervention a repris la direction de Paris. Des hélicoptères avec caméras thermiques et des brigades cynophiles continuent la traque sur place.