Inscription haineuse sur la mosquée de Poitiers: Le suspect «alcoolisé» s'excuse

SOCIETE Il avait écrit «Mort aux Arabes» sur le portail de la mosquée de Poitiers…

A.Ch. avec AFP

— 

Localisation de la ville de Poitiers
Localisation de la ville de Poitiers — Capture Google Map

Le suspect interpellé dans la nuit de mercredi à jeudi après avoir inscrit «Mort aux Arabes» sur le grand portail de la mosquée de Poitiers s'est excusé et dit avoir été «bouleversé» par l'attentat contre Charlie Hebdo et agi sous l'emprise de l'alcool, a annoncé jeudi le parquet. Une enquête a été ouverte pour provocation à la haine raciale et religieuse et dégradations légères par inscription.

>> Plusieurs attaques contre des musulmans depuis mercredi soir

Ce Poitevin, âgé de 38 ans et gérant de société, ne se revendique d'aucune appartenance politique ou religieuse. «Il a expliqué aux policiers avoir vu à la télé ce qui s'était passé à Paris. Il dit avoir été bouleversé. Il est alcoolisé et présentait au moment de son interpellation un taux de 1,76 gr d'alcool dans le sang», a dit le procureur de la République à Poitiers, Nicolas Jacquet. Le suspect «se confond en excuses, il parle d'un acte imbécile». Il fera l'objet de poursuites devant le tribunal correctionnel de Poitiers.

Rassemblement vendredi à l’occasion de la prière

Le recteur de la mosquée, l'imam Boubaker El Hadj Amor, avait déposé plainte pour cet appel au meurtre, qui a été effacé peu de temps après sa découverte. Il n'en restait aucune trace jeudi matin, au lendemain de l'attentat meurtrier perpétré au siège du journal Charlie Hebdo. «On le craignait», a réagi l'imam de la mosquée de Poitiers. «C'est pourquoi nous avions réactivé la surveillance du site. En plus de la vidéosurveillance, nous avions deux personnes pour faire des rondes. Ils n'ont pas vu la personne agir. On pense que cela a dû se faire après leur départ, vers quatre heures du matin», a-t-il raconté.

A l'occasion de la prière du vendredi, Boubaker El Hadj Amor, a appelé à un grand rassemblement sur le site de la mosquée, à partir de 13h30. «Tous les Poitevins sont bien sûr les bienvenus», a-t-il dit. L'imam, qui avait condamné dès mercredi l'attentat commis à Paris, va profiter de cette prière pour «parler de ce qui se passe, pour mettre en garde la communauté contre les risques de provocations et d'insultes».