Attaque à «Charlie Hebdo»: Qu’est-ce qu’une journée de deuil national?

COMMEMORATION François Hollande a annoncé une journée de deuil national jeudi en mémoire aux «héros» victimes de la fusillade...

Laure Beaudonnet

— 

Des drapeaux français et européens en berne, liés par un ruban noir, sur le Palais de l'Elysée, le 28 juillet 2014 à Paris
Des drapeaux français et européens en berne, liés par un ruban noir, sur le Palais de l'Elysée, le 28 juillet 2014 à Paris — Kenzo Tribouillard AFP

La France est en deuil. Après l’attaque perpétrée ce mercredi contre la rédaction de Charlie Hebdo, le président François Hollande a annoncé dans son allocution prononcée à l’Elysée une journée de deuil national jeudi en mémoire aux «héros» victimes de la fusillade. Cinquième journée de deuil national de la Ve République, la mesure est particulièrement rare. Comment se traduit le deuil national concrètement?

>> Suivez les événements après l'attaque de «Charlie Hebdo» de la journée en live

Drapeaux en berne

Si les actions ne sont pas codifiées par la loi, les modalités de la précédente journée de deuil national du 14 septembre avaient été définies par le Premier ministre de l’époque Lionel Jospin, rappelle Le Figaro. Après l’attaque du journal satirique Charlie Hebdo, le président de la République a précisé que les drapeaux seront mis en berne, c'est-à-dire un abaissement à mi-mât qui peut aussi être remplacé par un voile noir, pendant trois jours.

En réalité, le seul moment où les drapeaux doivent absolument être abaissés, en plus d’un deuil national, c’est pour la disparition d’un président de la République. «Lors du décès du président de la République, les drapeaux et étendards des armées prennent le deuil: les bâtiments de la flotte mettent leurs pavillon en berne», mentionne l’article 47, de la loi du 13 septembre, comme 20 Minutes le rappelait en juillet, après le crash de du vol d’Air Algérie au Mali.

Un moment de recueillement

Ce jeudi à 12h, sera observé «un moment de recueillement dans tous les services publics», a souligné François Hollande. «J’invite toute la population à s’y associer», a-t-il poursuivi. «Normalement, les administrations seront fermées [jeudi]», indique pour sa part Le JDD, car, habituellement, une journée de deuil national se traduit par la fermeture des administrations.

Par ailleurs, la ministre de l'Éducation nationale Najat Vallaud Belkacem a «demandé à l'ensemble des personnels, ainsi qu'à l'ensemble des élèves et étudiants de respecter, jeudi 8 janvier à midi, une minute de silence», selon un communiqué.

La dernière fois qu’il y a un deuil national en France, c’était pour les attentats du 11 septembre 2001, aux Etats-Unis. Les trois précédentes concernaient la mort d’un ancien président de la République: François Mitterrand en 1996, Georges Pompidou en 1974 et Charles de Gaulle en 1970.