L’UFC-Que Choisir appelle les patients à payer les médecins qui refusent la carte Vitale «en petite monnaie»

SANTE Plusieurs syndicats de médecins appellent à boycotter la carte Vitale…           

A.Ch. avec AFP
— 
Illustration d'une consultation chez un médecin généraliste en Essonne, le 9 septembre 2011. Carte vitale
Illustration d'une consultation chez un médecin généraliste en Essonne, le 9 septembre 2011. Carte vitale — V. WARTNER / 20 MINUTES

L'association de consommateurs UFC-Que Choisir a appelé mercredi les patients à payer «en petite monnaie» les médecins qui refusent leur carte Vitale, que plusieurs syndicats de praticiens libéraux ont appelé à boycotter pour protester contre un projet de loi du ministère de la Santé. «L'association invite les usagers à régler en petite monnaie leurs consultations chez les médecins réfractaires à la carte Vitale», indique l'UFC-Que Choisir dans un communiqué, dénonçant «une modalité d'action irresponsable» et «dangereuse» des médecins libéraux.

Une «guérilla» administrative

Plusieurs syndicats ont appelé à une «guérilla» administrative, notamment en refusant d'utiliser la carte Vitale pour télétransmettre des feuilles de soins électroniques et ainsi engorger l'Assurance maladie avec des feuilles de soins manuscrites. Cette action s'inscrit dans le cadre d'une mobilisation lancée fin décembre contre le projet de loi de la ministre de la Santé, Marisol Touraine, et en particulier contre la généralisation d'ici 2017 de la dispense d'avance de frais pour tous les assurés, appelée «tiers payant».

Cette mesure est «une réforme souhaitable pour les plus démunis» et «une avancée qu'il faut maintenir», estime l'UFC-Que Choisir, qui rappelle que les médecins libéraux ont touché en moyenne 5.774 euros au titre de leur «prime à la performance» versée par la Sécurité sociale.