Une petite fille de deux ans greffée du cœur à Paris

SANTE La fillette est atteinte d’une maladie cardiaque rare…

A.Ch. avec AFP

— 

L'entrée de l'hôpital Necker, le 1er mai 2009.
L'entrée de l'hôpital Necker, le 1er mai 2009. — REUTERS / Benoit Tessier

Une petite fille de 2 ans et demi, vivant à Tourville-la-Rivière (Seine-Maritime), atteinte d'une maladie cardiaque rare, a pu être greffée à Paris, après une longue attente, ont annoncé ses parents sur les réseaux sociaux. Chloé, atteinte d'une «cardiomyopathie dilatée hypokinétique très sévère» a reçu le cœur d'un enfant du même âge, à l'hôpital Necker, dans la nuit du 2 au 3 janvier. Depuis le 16 septembre elle était reliée à un cœur artificiel et sous assistance respiratoire, son propre cœur ne fonctionnant plus qu'à 10% de ses capacités.

«L'intervention s'est très bien déroulée, l'état de notre petite princesse est stable», ont indiqué les parents sur Facebook. A l'adresse de la famille du petit donneur ils ont écrit: «Nous ne pourrons jamais les remercier à la hauteur de ce magnifique cadeau, mais nous voulons qu'ils sachent que nous avons conscience de sa valeur.» Pour avoir une chance d'être sauvée, il fallait que la petite Chloé reçoive le coeur d'un enfant de son âge, en état de mort encéphalique. Or il est très difficile de trouver des donneurs de cet âge.

Faible nombre de donneurs dans cette tranche d’âge

Les statistiques de l'agence de biomédecine montrent que les enfants malades de moins de cinq ans, en attente d'une greffe, sont les plus pénalisés en raison d'un faible nombre de donneurs décédés et prélevés dans cette tranche d'âge. En 2013 les délais moyens d'attente d'une greffe étaient de 3 mois pour les enfants de 0 à 2 ans - la petite Chloé étant dans la moyenne - et de 7 mois pour les 3 à 5 ans.

En 2013, sur un total de 870 malades (adultes et enfants) en attente d'une greffe 37 avaient moins de 18 ans et 18 avaient 5 ans ou moins. Il y a eu 19% de décès parmi les mineurs de moins de 18 ans et 71% d'entre eux étaient des enfants de 5 ans ou moins. Le cas de la petite Chloé avait suscité un grand élan de soutien dans la région de Rouen et au-delà. Des fonds avaient été collectés pour aider ses parents à vivre à Paris, auprès d'elle.