Des plaintes déposées contre un trafic industriel de pommes de pins sur l'île de Ré

TRAFIC Les pommes de pins sont exportées vers l’Espagne ou le Portugal…

A.Ch. avec AFP

— 

Localisation de l'Ile de Ré.
Localisation de l'Ile de Ré. — Capture Google Map

Plusieurs plaintes contre X ont été déposées pour dénoncer ce qui pourrait s'apparenter à un trafic industriel de pommes de pins ramassées sur l'île de Ré (Charente-Maritime) et destinées aux marchés espagnol et portugais, a-t-on appris lundi auprès des plaignants. «Cela faisait trois ans que, chaque hiver, nous observions des Espagnols venir», a expliqué à un correspondant de l'AFP le vice-président du Conseil général, Léon Gendre, mais selon lui «cette année cela a pris une ampleur toute autre».

Si le ramassage des pommes de pins n'est pas en tant que tel interdit, ces dépôts de plainte de l'association Ré environnement 17 et du Conseil général de Charente-Maritime entendent dénoncer l'échelle industrielle de cette cueillette qui détériore les pins parasols, les branches étant régulièrement arrachées par les ramasseurs pour aller plus vite. «Des Rétais ont vu jusqu'à cinq équipes de deux personnes venir, sept jours sur sept, du matin au soir, ramasser des pommes de pins, aussi bien sur des parcelles privées qu'appartenant au Conseil général», a souligné le président de l'association Ré environnement 17, Dominique Chevillon.

Le kilo de pignons se vend entre 40 et 70 euros

«La plupart du temps il s'agit d'Espagnols, payés au poids qu'ils ramènent. Ils chargent des fourgons qu'ils déchargent dans des semi-remorques immatriculés en Catalogne espagnole. En revanche nous n'avons aucune idée de l'acheteur final», a-t-il ajouté, estimant qu'«environ 25 tonnes de pommes de pins parasol sont prélevées chaque semaine depuis le mois d'octobre», date du début de leur enquête. Selon Dominique Chevillon, ce trafic est né de l'interdiction du pignon de pin venu de Chine, qui contenait une mycotoxine générant une dysgueusie (altération temporaire du goût) et qui représentait «jusqu'à 80% du marché».

«Depuis, il existe une demande très forte sur ce produit, notamment en Espagne et au Portugal, où certains ressortissants ont écumé leur pays avant d'étendre leurs recherches au sud de la France, puis dans la région de Nice, avant de remonter au nord. Il y a peu de pins parasols dans le sud des Landes mais il y en a beaucoup dans l'île de Ré où, en revanche, il y a peu de clôtures». Les pommes de pins parasols contenant les fameux pignons se ramassent d'octobre à mars. Selon la provenance, le kilo de pignons se négocie entre 40 et 70 euros.