Légion d’Honneur : Thomas Piketty assure l’avoir refusée par principe

POLEMIQUE «C'est un peu dommage qu'ils (le gouvernement) ne m'aient pas contacté avant, ça aurait évité tout ce pataquès», explique l'économiste ce vendredi au Monde

20 Minutes avec AFP

— 

L'économiste français Thomas Piketty, auteur du livre ««Le Capital au XXIe siècle»
L'économiste français Thomas Piketty, auteur du livre ««Le Capital au XXIe siècle» — F.DUFOUR/AFP

L'économiste Thomas Piketty a assuré vendredi au Monde avoir refusé la Légion d'honneur parce qu'il jugeait cette distinction « complètement dépassée », tout en fustigeant «l'action catastrophique du gouvernement», dont plusieurs membres ont critiqué son geste.

«J'ai toujours trouvé que cette histoire de Légion d'honneur était complètement dépassée. Cette façon de décider qui est le petit groupe de citoyens honorables, dont les mérites éclatants doivent être reconnus, c'est une conception du rôle de l'Etat, du gouvernement, qui me semble totalement surannée», a dit Thomas Piketty, cité sur le site internet du Monde.

«Pas le rôle d’un gouvernement de décider qui est honorable»

Il avait annoncé jeudi à l'AFP son refus de cette distinction, publiée le 1er janvier au Journal officiel, en estimant déjà qu'il ne «pensait pas que ce soit le rôle d'un gouvernement de décider qui est honorable». «C'est un peu dommage qu'ils ne m'aient pas contacté avant, ça aurait évité tout ce pataquès», a confié au Monde l'auteur du «Capital au XXIe siècle», succès d'édition international.

«Ils ont l'air de ne pas être contents que je réagisse le 1er janvier», a-t-il noté, ajoutant: «Je trouve ça gonflé de la part de ce gouvernement de ne même pas me demander avant, alors qu'ils peuvent légitimement se douter que je n'ai pas particulièrement envie d'être décoré par eux.»

Thomas Piketty a toutefois assuré qu'il «aurait fait exactement la même chose» avec tout autre gouvernement.

Très critique vis-à-vis de l’exécutif

Reste que l'économiste, dont l'ouvrage à l'énorme retentissement international vise à démontrer que sans intervention politique via la fiscalité, la croissance creuse plutôt qu'elle ne lisse les inégalités de richesse, est depuis le début ou presque très critique vis-à-vis de l'exécutif, ce qu'il a rappelé au Monde.

«L'action (du gouvernement) ces deux dernières années a été catastrophique, et je n'ai pas besoin d'une Légion d'honneur pour le dire ou pour l'écrire», a-t-il indiqué.

Thomas Piketty, qui avait appelé à voter pour François Hollande, regrette en particulier que le président ait enterré de grands projets de réforme fiscale largement inspirés de ses thèses. Il lui a aussi reproché son «hypocrisie» sur la scène européenne.