Cinq choses que vous ignorez (sûrement) sur la Légion d’honneur

RECOMPENSE Alors que l'économiste français Thomas Piketty a indiqué «refuser sa nomination» pour la Légion d'honneur, annoncée jeudi...

R.L.

— 

L'historien et sociologue Emile Poulat, décoré de la Légion d'honneur par le président François Hollande, le 9 décembre 2012 lors d'une cérémonie à l'Elysée, à Paris
L'historien et sociologue Emile Poulat, décoré de la Légion d'honneur par le président François Hollande, le 9 décembre 2012 lors d'une cérémonie à l'Elysée, à Paris — Bertrand Langlois AFP

Si l’économiste Thomas Piketty a refusé d’être décoré de la Légion d’honneur, chaque année entre 3.000 et 5.000 personnes en sont distinguées: Un tiers à titre militaire, deux tiers à titre civil. 20 Minutes dresse la liste des cinq choses à savoir sur cette fameuse décoration.

Il faut acheter sa Légion d’honneur

En tant que distinction honorifique, la Légion d’honneur ne s’accompagne d’aucun avantage matériel ou financier réel, mentionne le site de la Grande Chancellerie de la Légion d’Honneur. Mais surtout, il faut payer. En effet, Slate mentionne que chaque décoré doit s’acquitter des droits de chancellerie (d’une vingtaine d’euros pour les chevaliers) pour obtenir le brevet officiel après la remise de la décoration. Et surtout, chacun doit se procurer sa décoration, achetable par exemple auprès de la Monnaie de Paris: il faut compter de 168,50 euros pour un chevalier (57 euros pour le modèle réduit) à 884,50 euros pour la plaque de Grand-Croix.

Il faut exercer 20 ans dans son domaine

Tout citoyen français sans casier judiciaire ayant fait preuve de mérites éminents au service de la nation, à titre militaire ou à titre civil, peut l’obtenir. Mais il faut avoir au minimum 20 années d’activité dans son domaine pour être distingué dans la Légion d’honneur.

On ne peut pas, à proprement parler, la refuser

Certaines personnes manifestent leur opposition de principe à la Légion d’honneur sans en avoir été décorées. «On ne peut pas parler de refus à leur sujet», selon le site de la Grande Chancellerie. En fait, la refuser implique d’avoir été auparavant nommé dans cet ordre, par décret publié au Journal officiel. Dans ce cas de refus, les personnes concernées choisissent simplement de ne pas se faire remettre leur décoration.

En revanche, on peut se la faire retirer

La distinction peut être retirée en cas de condamnation pénale et lorsque le décoré a commis des actes contraires à l’honneur ou de nature à nuire aux intérêts de la France. La mesure d’exclusion est annoncée par décret.

Elle donne des avantages à la descendance

Les filles, petites-filles et arrière-petites-filles de décorés ont la possibilité de faire leurs études dans les deux prestigieuses Maisons d’éducation de la Légion d’honneur (un collège et un lycée), note France Tv Info. Mais les places sont chères: il y a environ 400 demandes pour 55 places en classe de seconde, rapporte L'Etudiant.fr.