Légion d'honneur: Les réactions au refus de Thomas Piketty

RECOMPENSE Le refus de l'économiste de recevoir la prestigieuse distinction suscite de nombreux commentaires...

R.L.

— 

L'économiste français et auteur du livre "Capital au XXIe siècle", Thomas Piketty, le 5 novemebre 2014 à La Hague aux Pays Bas
L'économiste français et auteur du livre "Capital au XXIe siècle", Thomas Piketty, le 5 novemebre 2014 à La Hague aux Pays Bas — Bart Maat ANP

L'économiste français Thomas Piketty, dont l'ouvrage Le Capital au XXIème siècle connaît un immense retentissement international, a indiqué «refuser (sa) nomination» pour la Légion d'honneur, officialisée jeudi.

«Je refuse cette nomination car je ne pense pas que ce soit le rôle d'un gouvernement de décider qui est honorable», a-t-il déclaré, avant d’inviter l’exécutif à «se consacrer à la relance de la croissance en France et en Europe». Critiqué ou félicité pour son geste, l'économiste a suscité de nombreuses réactions. Tour d’horizon des réponses du monde politique et économique.

Florian Philippot

Le vice-président du FN a adressé ses «félicitations» à l'économiste sur Twitter. Une distinction, «tellement dévoyée par les pouvoirs», selon l'eurodéputé frontiste, «que le refus de Piketty apparaît comme très sain et authentiquement républicain».

Christian Paul

«Je comprends sa décision et je l'approuve, je crois que c'est une décision personnelle qui ne vise pas la Légion d'honneur. C'est un acte politique», a déclaré, le député frondeur. Selon lui, Thomas Piketty a voulu pousser un cri de colère en début d'année, mentionne BFM, «en disant, aujourd'hui, la réforme fiscale est en panne, elle manque d'ambition, d'audace. C'est quelqu'un qui a beaucoup inspiré la gauche quand nous étions dans l'opposition et pas assez depuis deux ans. Le meilleur hommage à rendre à Thomas Piketty serait de s'inspirer de ses travaux en 2015».

Laure de la Rodière

La Député UMP d'Eure-et-Loir a déclaré sur Twitter: «Le comble du mauvais goût, doublé d’arrogance, un 1er janvier : se faire de la pub en refusant la Légion d’Honneur», puis d’ajouter : «La légion d’honneur, cela ne se demande pas, cela ne se refuse pas ! On n’est pas obligé de porter sa décoration».

Elie Cohen

L’économiste a estimé sur Europe 1 que son collègue «a mérité cette Légion d’honneur: contribution exceptionnelle au travail académique et notoriété mondiale donc il a fait briller les couleurs françaises aux quatre coins du monde. Cela lui crée des responsabilités particulières. Il aurait pu la refuser par principe, mais la refuser en faisant une critique de l’action du gouvernement, j’ai trouvé cela médiocre».

Axelle Lemaire

Au micro de France Inter, la secrétaire d'Etat au Numérique reproche quant à elle «la manière» de faire. «On peut refuser sans forcément le dire dans une dépêche AFP un 1er janvier», lâche-t-elle. La secrétaire d'Etat juge qu'«une Légion d'honneur, c'est une récompense pour un mérite qui est reconnu par la nation, pas pour une adhésion à une politique économique d'un gouvernement».

Geneviève Fioraso

Enfin, de son côté, le cabinet de la secrétaire d'État chargée de l'Enseignement supérieur et de la Recherche a pris acte de la décision de l'économiste. «Il a la liberté, il a choisi de refuser, nous prenons acte. L'excellence de son travail demeure», a-t-elle déclaré.

Piketty a beau refuser la Légion d'honneur, il reste nommé

Thomas Piketty, même s'il a refusé la Légion d'honneur, restera nommé dans l'Ordre de cette distinction à moins qu'il ne décide, comme l'avait fait Maurice Ravel en 1920, de faire annuler le décret présidentiel de sa nomination.

Rien n'empêche non plus l'économiste de revenir ultérieurement sur sa décision. «En droit, c'est tout à fait possible, même si cela serait particulièrement mal perçu», a expliqué à l’AFP Bertrand Galimard-Flavigny, auteur de «La Légion d'honneur» (Découvertes/Gallimard).