Déprime de Noël: «Les fêtes peuvent réveiller conflits et vieilles rancœurs»

INTERVIEW Le psychanalyste Alberto Eiguer décrypte pour «20 Minutes» les névroses qui ressurgissent au moment des fêtes de fin d'année...

Anissa Boumediene

— 

Pour beaucoup de Français, Noël n'est qu'un mauvais moment à passer.
Pour beaucoup de Français, Noël n'est qu'un mauvais moment à passer. — OJO Images / Rex Featur/REX/SIPA

Envie de ne rien faire, de ne voir personne, déçus, stressés, bougons ou carrément d'une humeur de chien, les Français sont nombreux à ne pas aimer les fêtes de fin d'année. Une période qui fait ressurgir chez beaucoup névroses et douleurs du passé. Alberto Eiguer, psychanalyste et directeur de l’ouvrage collectif La Fête de famille, explorations psychanalytiques (ed. In Press), dévoile pour 20 Minutes les raisons de ceux qui ne peuvent plus voir Noël en peinture.

Pourquoi certains d'entre nous développent une aversion pour Noël?

C'est traditionnellement une fête de famille, et comme toutes les réunions familiales, Noël peut être le théâtre de tensions, d'autant plus que cette fête est marquée par l'importance et la singularité de l'événement.

A cette occasion, on est confronté au présent et au passé, à l'histoire familiale et à ce qu'est devenue la famille aujourd'hui. Nous devons aussi faire face à notre propre volonté de s'intégrer à la famille, qu'il faut conjuguer avec notre désir d'émancipation et d'être nous-mêmes. C'est la confrontation entre l'enfant et l'adulte qui sont en nous.

Qu'y a-t-il de perturbant dans cette évocation de l'enfance?

Le côté infantilisant que cela appelle. On se retrouve autour de la même table, assis à la même place, entouré des mêmes personnes qui offrent parfois les mêmes cadeaux génériques à tout le monde, alors qu'on a envie de recevoir quelque chose de personnalisé. Surtout pour ceux qui accordent une grande importance au rituel de Noël, qui l'attendent toute l'année et qui accordent un soin tout particulier aux cadeaux qu'ils offrent. Cela peut être une source de stress, de désagrément et même de colère. 

C'est donc l'occasion parfaite de réveiller les conflits familiaux...

Absolument! Bien sûr, il y a de nombreuses familles chez qui les fêtes se déroulent bien, mais dans certaines, Noël réveille conflits et vieilles rancœurs à différents niveaux: entre jeunes et vieux, entre enfants et parents ou encore entre frères et sœurs. Et les origines du conflit sont multiples, cela peut toucher à des choses mal vécues durant l'enfance, des idées politiques qui divergent ou des révélations qui éclatent au mauvais moment.

Tout ce qui est marqueur de différence est aussi sensible, la vision de l'argent ou encore les choix de vie de chacun, qu'ils soient professionnels ou amoureux. Cette réunion familiale peut aussi mettre en lumière les jalousies entre frères et sœurs, lorsque l'un(e) et réussi et pas l'autre, ou qu'ils ont le sentiment que les parents font des préférences.

Noël est foutu alors?

Non, les fêtes de Noël sont globalement paisibles, d'autant qu'on les célèbre avant tout pour les enfants. La tendance moderne qui se dégage, c'est d'opter pour une célébration en plus petit comité. On sélectionne ceux avec qui on a envie de passer Noël, pour s'assurer de passer le meilleur moment possible.