Drame de Nantes: Le jeune décédé a fait un don d'organes

FAITS DIVERS Un geste de fraternité salué par François Hollande...  

20 Minutes avec AFP

— 

La police effectue des relevés à côté du véhicule qui a fauché plusieurs personnes sur le marché de Noël de Nantes le 22 décembre 2014
La police effectue des relevés à côté du véhicule qui a fauché plusieurs personnes sur le marché de Noël de Nantes le 22 décembre 2014 — Georges Gobet AFP

François Hollande a salué mardi soir depuis Saint-Pierre et Miquelon le geste de «fraternité» du jeune homme tué à Nantes et de ses parents qui ont accepté le don d'organes.

«Même dans l'épreuve, il doit y a voir une valeur qui nous dépasse de fraternité»

Evoquant la tragédie du marché de Noël de Nantes, où une voiture a fauché des passants lundi soir, le président a déclaré: «Un jeune est mort. J'ai eu ses parents pendant que j'étais ici à Saint-Pierre et Miquelon pour leur témoigner notre solidarité, celle de toute la Nation, à ses parents, cette famille durement éprouvée.» Le père de la victime «m'a dit : notre fils a fait un don d'organe, il l'avait prévu et nous le voulions», a indiqué François Hollande, avant d'ajouter : «C'est finalement ce que nous devons garder à l'esprit: même dans la douleur, même dans l'épreuve, il doit y a voir une valeur qui nous dépasse de fraternité, d'humanité comme ce jeune en a été capable, alors qu'il a été fauché, il n'avait pas 25 ans.» Selon son entourage, le chef de l'Etat s'est entretenu avec la famille du jeune homme aux environs de 19h30, heure française.

Vigilance et sans-froid

«Il y a ici des valeurs et ces valeurs me permettent de dire que la France ne se laissera jamais intimider, qu'elle ne perdra pas non plus son sang froid, qu'elle sera toujours vigilante face à tous les actes de racisme, d'antisémitisme, qu'elle sera ardente aussi pour se défendre si elle est attaquée», a poursuivi le président. «Face au désordre, face à la folie, c'est le rassemblement autour des valeurs de la République qui est notre meilleure force, qui est notre meilleure arme et vous l'avez ici éprouvé à plusieurs reprises dans votre propre histoire.» «C'est en étant unis et rassemblés, en étant sûrs de ce que nous portons comme valeurs essentielles que la France réussira, surmontera les épreuves qu'elle peut connaître», a conclu le chef de l'Etat.