François Hollande: Saint-Pierre-et-Miquelon, «une chance» pour la France

POLITIQUE Un peu plus de 150 habitants avaient fait le déplacement pour l'accueillir dans le hall de l'aéroport de Saint-Pierre, où il s'est prêté au jeu des selfies...

20 Minutes avec AFP

— 

François Hollande lors d'une visite le 19 décembre 2014 au château de Chambord
François Hollande lors d'une visite le 19 décembre 2014 au château de Chambord — Guillaume Souvant AFP

François Hollande a loué Saint-Pierre-et-Miquelon, «une chance pour notre pays», en arrivant mardi dans cet archipel de l'Atlantique nord où il effectue une visite de 24 heures.

«Saint-Pierre-et-Miquelon, c'est la France, comme l'avait dit le général de Gaulle, c'est la France aux avant-postes de l'Amérique. C'est une chance pour notre pays d'être ainsi présent en Amérique du Nord et être un carrefour maritime», a-t-il déclaré à la presse, en arrivant à l'aéroport, vers 9h30 locales.

«J'avais pris cet engagement de venir (...) je le respecte»

«Même si en ce moment il y a des événements graves qui se passent (...) dans l'Hexagone, il y a la nécessité d'être présent partout dans notre République, et d'y exprimer les mêmes valeurs, les mêmes principes», a-t-il ajouté, soulignant: «J'avais pris cet engagement de venir (...) je le respecte».

Un peu plus de 150 habitants avaient fait le déplacement pour l'accueillir dans le hall de l'aéroport de Saint-Pierre, où il s'est prêté au jeu des selfies.

«J'aurais pu venir (...) lors de ma visite au Canada en faisant escale ici, je ne l'ai pas voulu. Je voulais faire une visite spécialement dédiée à Saint-Pierre-et-Miquelon et la faire les 23 et 24 décembre, non pas parce que c'est la soirée de Noël mais parce qu'ici le 24 décembre 1941, l'amiral Muselier a libéré le territoire et permis ainsi le ralliement de Saint-Pierre-et-Miquelon à la France libre, c'était un acte très important pour le général de Gaulle. C'est pourquoi tous les 24 décembre, il y a cette commémoration, j'y participerai demain matin (mercredi)», a rappelé M. Hollande.

Le chef de l'Etat a salué «un territoire vivant, ardent, où l'Histoire est passée, où la géographie peut paraître ingrate mais où le développement est possible et où la foi républicaine est chevillée au corps».

«Il y a toujours cette énergie qui saisit le peuple français, où qu'il se situe, qui fait qu'il sait résister à tous les vents, même parfois aux vents qui peuvent être ceux du froid», a-t-il dit. Il a au passage souligné que le réchauffement climatique touchait aussi cet archipel. En 2012, François Hollande y avait obtenu 65,3% au second tour de la présidentielle.