Faux témoignage de Claire Thibout: Le procès Bettencourt aura-t-il vraiment lieu?

JUSTICE Les magistrats et avocats des parties civiles vont participer, ce vendredi, à une réunion cruciale alors que le procès est censé s’ouvrir le 26 janvier…

Vincent Vantighem

— 

Claire Thibout, ex-comptable de Liliane Bettencourt, à la sortie du tribunal de Bordeaux le 8 juin 2012
Claire Thibout, ex-comptable de Liliane Bettencourt, à la sortie du tribunal de Bordeaux le 8 juin 2012 — Jean-Pierre Muller AFP

C’est une habitude. Avant chaque grand procès, les magistrats et les avocats des différentes parties organisent une réunion d’organisation. Le principe est de caler l’audience sur l’agenda des uns et des autres et de faire le point sur les témoins à faire citer à la barre. Mais la réunion qui doit se tenir, ce vendredi, au tribunal de Bordeaux dans le cadre du procès de l’affaire Bettencourt –qui doit s’ouvrir le 26 janvier 2015– pourrait bien tourner court.

>> Infographie: L'affaire Bettencourt pour les nuls 

Et pour cause: après plus de quatre ans d’enquête, le dossier se trouve perturbé, depuis fin novembre, par la mise en examen de Claire Thibout pour «faux témoignage». Pour mémoire, l’ancienne comptable de Liliane Bettencourt affirme, depuis le début de l’affaire, qu’elle a retiré du liquide appartenant à l’héritière de L’Oréal qui devait servir à financer illégalement l’UMP, notamment via Eric Woerth. Témoin clé de l’accusation, la voici désormais accusée de mensonges.

Sarkozy avait bénéficié d’un non-lieu

Cela pourrait remettre en cause la tenue du procès prévu du 26 janvier au 27 février dans lequel dix personnes sont renvoyées. Dans cette affaire, les magistrats soupçonnent plusieurs personnes mises en examen d’avoir profité de la faiblesse de Liliane Bettencourt pour lui soutirer de l’argent. Un temps inquiété dans ce dossier, Nicolas Sarkozy a finalement bénéficié d’un non-lieu.

>> Procédure: Et à la fin, Sarkozy obtient un non-lieu

«Les juges ne pourront se fonder sur un témoignage remis en cause par ailleurs», jauge, dans les colonnes du Parisien ce vendredi¸ un magistrat. D’autant que les avocats des parties civiles qui ont bataillé pendant de longs mois pour contester la procédure ne vont pas manquer de s’engouffrer dans la brèche.

Et les autres témoins?

«Je vois mal comment un procès pourrait se tenir sans risque de dérapage sérieux, assure ainsi l’un d’entre eux, toujours au Parisien. D’autant qu’il n’y a pas de raisons que le sort des autres témoins (trois autres employés de Liliane Bettencourt) soit différent de celui de Claire Thibout…»

Difficile en effet de prévoir un procès dans lequel les témoignages sur lesquels repose l’accusation sont autant sujets à caution.