La carte de France à 13 régions définitivement adoptée par le Parlement

POLITIQUE Le marathon du redécoupage des régions est arrivé à son terme...

20 Minutes avec AFP

— 

La carte de France à 13 régions telle que l'a votée l'Assemblée nationale le 23 juillet 2014.
La carte de France à 13 régions telle que l'a votée l'Assemblée nationale le 23 juillet 2014. — ministère de l'intérieur

Le Parlement a adopté définitivement mercredi par un ultime vote de l'Assemblée la nouvelle carte de France à 13 régions malgré la colère toujours véhémente des UMP alsaciens contre la fusion de leur région avec Champagne-Ardenne et Lorraine.

Cette réforme, qui entrera en vigueur début 2016, a été voulue par François Hollande dans le but de redessiner la France pour plusieurs décennies avec des régions de «taille européenne» et moteurs du développement économique.

Dans un ultime vote, les députés ont adopté le texte par 95 voix pour, 56 contre et 11 abstentions. Le Front de gauche, les radicaux de gauche, les écologistes, l'UMP et l'UDI ont voté majoritairement contre «des regroupements forcés» alors que les socialistes ont voté pour.

Six mois de débats

Après six mois de débat et trois lectures dans chaque chambre, c'est donc la vision du groupe socialiste à l'Assemblée qui s'est imposée là où le gouvernement avait proposé 14 régions et où le Sénat en voulait 15 au lieu des 22 actuelles.

Si elle n'est pas «parfaite», cette carte «a sa cohérence», s'est félicité le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve.

Dans un communiqué, le président François Hollande s'est félicité de l'adoption définitive de ce texte, qui «permettra la mise en place au 1er janvier 2016 de 13 régions qui auront la taille pour mener de grands projets et pour assurer un meilleur service auprès des citoyens».

La nouvelle carte fusionne l'Alsace avec la Lorraine et Champagne-Ardenne, le Nord-Pas-de-Calais avec la Picardie, et Midi-Pyrénées avec Languedoc-Roussillon, trois fusions contestées, surtout la première. Les autres regroupements ont été moins polémiques (Poitou-Charentes avec Limousin et Aquitaine, Bourgogne avec Franche-Comté, Rhône-Alpes avec Auvergne), voire enthousiastes (les deux Normandie).