VIDEO. Education prioritaire: Etre en REP, ça change quoi concrètement?

EDUCATION Enseignants mieux payés, meilleur suivi des élèves, pédagogies différenciées... Voilà quelques uns des bénéfices pour les établissements estampillés REP...  

Delphine Bancaud

— 

Najat Vallaud-Belkacem, le 17 décembre 2014, présente la nouvelle carte de l'éducation prioritaire.
Najat Vallaud-Belkacem, le 17 décembre 2014, présente la nouvelle carte de l'éducation prioritaire. — Credit:WITT/SIPA

Un label qui peut changer la destinée d’un établissement. La ministre de l’Education, Najat Vallaud-Belkacem a dévoilé ce mercredi la nouvelle carte de l’éducation prioritaire, applicable à la rentrée 2015. Elle comprendra 1.089 réseaux d’éducation prioritaire (collèges et écoles de leur secteur). Les 350 réseaux les plus difficiles sont baptisés REP +, tandis que les autres auront le label REP. Par ailleurs, 350 millions d'euros supplémentaires sont engagés en faveur de l’éducation prioritaire. 20 minutes détaille ce qui va changer dans les établissements qui feront partie du dispositif.

Des indemnités spécifiques pour les profs

Les profs des ex-ZEP bénéficiaient déjà de primes spécifiques, mais le nouveau dispositif prévoit des incitations plus fortes afin d’encourager les enseignants à rester plus longtemps dans les REP. A partir de la rentrée 2015, les enseignants de REP recevront ainsi une prime annuelle de 1.734 euros (soit une augmentation de 50%) et ceux de REP + une indemnité de 2.312 euros (+100% par rapport au montant actuel). Mais ce n’est pas tout : ceux qui piloteront un projet pédagogique particulier ou qui seront coordonateur d’une discipline, référent numérique ou culture, bénéficieront aussi de primes en plus (une enveloppe de 13 millions d’euros étant prévue à cet effet).

Davantage de travail de groupe pour les enseignants

Les enseignants de l’éducation prioritaire manquaient de temps pour travailler ensemble à des projets pédagogiques, rencontrer les parents d’élèves, assurer le suivi personnalisé des élèves ou se former. Ceux des REP disposeront désormais d’une heure et demie par semaine au collège et de 18 demi-journées par an en primaire. Et ceux des REP + disposeront en plus de 3 journées de formation garanties par an.

Les enfants de moins de trois ans scolarisés

C’est un levier de réussite des élèves issus des milieux favorisés. Car plus ils vont à l’école tôt, plus ils ont le temps de parfaire leur apprentissage du langage et de la vie en collectivité. Chaque REP disposera donc d’une classe pour scolariser les enfants de moins de trois ans.

La mise en œuvre du dispositif «plus de maîtres que de classes» en primaire

Lancé à la rentrée 2013, ce dispositif permet d’affecter un enseignant supplémentaire dans les écoles les plus en difficultés pour aider les élèves dans leur apprentissage des fondamentaux (lecture, écriture, calcul). Grâce à cela, les enseignants peuvent proposer des pédagogies différenciées aux élèves et les accompagner individuellement.

Des classes réduites

Cette mesure existait déjà dans le système des ZEP. Rien de nouveau donc, puisqu’elle est efficace. Plusieurs études ont en effet démontré l’impact positif des tailles de classes réduites sur la réussite scolaire des élèves socialement défavorisés.

Un accompagnement jusqu’à 16h30 pour les élèves de 6e

Exit les trous d’emploi du temps durant lesquels les élèves s’ennuyaient. Désormais, il n’y aura plus de temps morts et les élèves seront aidés pour leurs devoirs, bénéficieront d’un soutien méthodologique ou d’un tutorat.

Des personnels infirmiers et sociaux supplémentaires

Un infirmier scolaire supplémentaire et un assistant social seront affectés dans les réseaux les plus difficiles afin de prévenir et de gérer au mieux les problèmes de santé ou les soucis sociaux des élèves.

Des personnels éducatifs en plus

Dans les collèges, 500 assistants de prévention et de sécurité seront déployés dans les établissements qui en ont le plus besoin. Ces acteurs de terrain permettent de déminer des situations conflictuelles avant même qu’elles ne s’enflamment.

Le développement des internats de proximité

Bénéficier de bonnes conditions de logement, ça aide à réussir. Pour aider les jeunes issus de milieux modestes à disposer d’un environnement serein et propice au travail, les internats de proximité seront développés au cours du quinquennat pour accueillir des collégiens.