Rhône: Une sage-femme soupçonnée d'avoir escroqué 276.000 euros à la Sécu

FAITS DIVERS Elle a procédé à des facturations fictives à une patientèle dans la moyenne d'âge était de plus de 78 ans...

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration de maternité.
Illustration de maternité. — SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

Une sage-femme de 49 ans a été déférée mercredi matin au parquet de Lyon dans le cadre d'une enquête sur une escroquerie à la Sécurité sociale portant sur quelque 276.000 euros, a-t-on appris auprès de la police.

«Cette personne avait une clientèle tout à fait atypique par rapport à sa spécialité. La moyenne d'âge de ses patientes s'élevait à 78 ans et demi», a souligné cette source, confirmant une information du quotidien régional Le Progrès.

Pas une première

Depuis octobre 2010, cette praticienne de Saint-Priest (Rhône) intervenait en tant qu'infirmière libérale auprès de personnes âgées et «a procédé à des surfacturations et des facturations fictives» dont le montant total a été estimé à 276.876 euros. «Elle a agi hors cadre même si elle en avait les compétences. Elle aurait dû faire un choix professionnellement en signant une dérogation auprès de la CPAM. Ce qu'elle n'a pas fait», a-t-on précisé.

Convoquée lundi puis placée en garde à vue durant 48 heures à la brigade financière de la Sûreté départementale, la quadragénaire a été déférée mercredi en vue de l'ouverture d'une information judiciaire.

En juillet, une infirmière libérale d'une cinquantaine d'années avait été placée sous contrôle judiciaire à Lyon pour avoir facturé indûment à la Sécurité sociale plus d'un million d'euros. Pour les mêmes raisons, toujours à Lyon, une de ses consoeurs avait été condamnée en novembre 2012 à deux ans de prison, dont 14 mois avec sursis, pour un préjudice de quelque 300.000 euros au dépens de la CPAM.