Père Noël: «C’est aux enfants de décider qu’ils n’y croient plus»

INTERVIEW La psychologue Angélique Kosinski-Cimelière conseille les parents...

Propos recueillis par Nicolas Beunaiche

— 

Un enfant devant le père Noël d'un magasin à Paris, le 23 décembre 2009.
Un enfant devant le père Noël d'un magasin à Paris, le 23 décembre 2009. — FRED DUFOUR / AFP

«Le père Noël est une invention commerciale destinée à culpabiliser les parents vis-à-vis de leurs enfants et à les pousser à consommer.» Si vous avez déjà prononcé ce genre de phrase face à votre enfant, votre petit cousin ou votre neveu à l’approche des fêtes, vous feriez mieux de ne pas célébrer le Réveillon avec un psychologue. Car la très large majorité des spécialistes expliquent que le père Noël est un «bon mensonge». Pourquoi? 20 Minutes a posé la question à Angélique Kosinski-Cimelière, psychologue clinicienne pour adolescents et enfants*.

Pourquoi les parents laissent-ils leurs enfants croire au père Noël?

Je crois qu’ils jouent surtout le jeu de la société. Mais j’ai envie de dire: pourquoi pas? Noël, c’est un temps en suspens, un accès à un autre monde. L’enfant doit rêver, c’est un passage obligé, et Noël est une belle occasion pour les parents de rêver avec lui. C’est dommage de passer à côté.

A l’inverse, ne pas jouer le jeu est-il dommageable pour l’enfant?

Non, il ne sera pas traumatisé pour autant. Mais certains parents disent d’emblée à leurs enfants que le père Noël n’existe pas, pas plus que la petite souris… Pourquoi ne pas aussi leur dire qu’il y a des guerres et de la famine? Je pousse la logique à son paroxysme, mais ne pas laisser son enfant croire au père Noël, c’est en un sens le priver de magie et du droit à l’imaginaire. L’enfant a tout le temps par la suite de découvrir la réalité.

A quel âge et dans quelles circonstances les enfants remettent-ils en cause l’existence du père Noël?

La prise de conscience a lieu vers 6-7 ans, en général, car l’enfant entre en CP, où il entend les grands dire que le père Noël n’existe pas. Mais il n’arrête pas d’y croire instantanément. Certains font de la résistance, d’autres tentent de piéger leurs parents en leur demandant la vérité, sans vouloir vraiment l’entendre. Certains enfants répondent carrément à leurs parents: «Il fallait me mentir», et pleurent pendant une semaine ensuite. Quand l’enfant pose la question, c’est la plupart du temps qu’il n’est pas prêt.  

Comment les parents doivent-ils annoncer à leur enfant que le père Noël est un mensonge?

Il ne faut pas prendre les devants et attendre que l’enfant pose la question. Et lorsqu’il le fait, il ne faut pas lui répondre de but en blanc mais lui répondre par une autre question: «Est-ce que tu y crois?». C’est à lui de prendre la décision de ne plus y croire. S’il réagit mal à la vérité, il faut lui expliquer que les parents sont là pour dire la vérité, que le père Noël est une légende pour les petits... Puis il faut surtout positiver: l’enfant fait désormais partie des grands, il détient un secret dont il a la responsabilité vis-à-vis des plus petits.

*http://www.psypourenfant.com/