Près d'un Français sur trois estime avoir déjà conduit avec une alcoolémie trop élevée

ALCOOL Si un Français sur deux (51%) ne connaît pas le chiffre exact de la limite légale (0,5 g), 63% savent qu'elle correspond à deux verres d'alcool...

20 Minutes avec AFP
— 
Un Alsacien souffle dans un éthylotest. (Archives)
Un Alsacien souffle dans un éthylotest. (Archives) — G. Varela / 20 Minutes

Près d'un Français sur trois (29%) admet avoir déjà pris le volant en pensant avoir un taux d'alcoolémie supérieur au seuil légal de 0,5 g d'alcool par litre de sang, selon une étude publiée vendredi par les associations Prévention Routière et Assureurs Prévention.

Par ailleurs, 27% des personnes interrogées dans le cadre de cette enquête affirment être déjà montées dans un véhicule en pensant que la conducteur avait dépassé le taux autorisé.

Un Français sur deux ne connaît pas le chiffre exact de la limite légale

Selon cette étude intitulée «Sorties, alcool et conduite: les Français prennent trop de risques», une très grande majorité de Français (70%) sortent au moins une fois par mois. Lors de ces sorties, la consommation d'alcool est très répandue (83%) mais l'usage de la voiture ou d'un deux-roues à moteur l'est aussi: 78% des personnes interrogées utilisent ces véhicules pour s'y rendre et en revenir (49% en tant que conducteur et 29% en tant que passager).

Et si un Français sur deux (51%) ne connaît pas le chiffre exact de la limite légale (0,5 g), 63% savent qu'elle correspond à deux verres d'alcool.

Les «fausses solutions»: boire de l'eau ou du café, ou rouler lentement

«Ces sorties se font pour l'essentiel dans un cadre familial ou amical, où il n'y a pas le caractère dissuasif du prix des consommations et où les doses ne sont pas les mêmes que dans les bars et restaurants», souligne le délégué général de Prévention Routière, Jean-Yves Salaun, en pointant «quelques éléments positifs».

«La première des solutions envisagées est de se faire raccompagner par quelqu'un qui n'a pas bu, un +capitaine de soirée+. On n'aurait pas eu ce pourcentage il y a quinze ans, estime-t-il. En effet, parmi les solutions envisagées pour rentrer sans risque, 46% des sondés désignent un «capitaine de soirée» et 44% dorment sur place.

Mais 41% des Français continuent d'envisager parfois des solutions «pas suffisamment fiables», voire de «fausses solutions», comme boire de l'eau ou du café, rouler lentement ou prendre des petites routes peu empruntées.

Cette étude a été menée auprès d'un échantillon de 6.774 personnes représentatif de la population française âgée de 18 à 64 ans, interrogées par internet entre le 31 octobre et le 13 novembre 2014 selon la méthode des quotas.