Rapport Leonetti-Claeys: «On ouvre la voie à l’euthanasie», dénonce Gilbert Collard... «Une avancée consensuelle» pour Alain Juppé...

FIN DE VIE Le président de la République reçoit ce vendredi les propositions d'aménagement de la loi sur la fin de vie...

A.B.
— 
François Hollande reçoit ce vendredi le rapport sur la fin de vie.
François Hollande reçoit ce vendredi le rapport sur la fin de vie. — ZIHNIOGLU KAMIL/SIPA

C'était l'une de ses promesses de campagne: améliorer la législation sur la fin de vie. Ce vendredi, François Hollande reçoit le rapport rédigé sur la question par les députés UMP et PS Jean Leonetti et Alain Claeys. Tous deux ont été chargés par le gouvernement de proposer des aménagements à la loi sur la fin de vie, rédigée par le même Leonetti en 2005.

17h45 : Ce live est désormais terminé. Merci de l'avoir suivi.Retrouvez ici les trois avancées en vue par rapport à la loi Leonetti proposées par le rapport Leonetti-Claeys et notre lexique de la fin de vie pour tout comprendre au débat
17h25 : Rassemblement de l'ADMD à Paris contre les propositions jugées trop timorées du rapportMerci de votre présence à notre rassemblement #Findevie @ADMDFRANCE pic.twitter.com/LSbSL14snc— Jean-Luc Romero (@JeanLucRomero) December 12, 2014?lang=fr
16h25 : Pour le PRG, des propositions «timorées»Le Parti radical de gauche a déploré les conclusions «timorées» des députés Jean Leonetti et Alain Claeys sur la fin de vie, réclamant que le gouvernement «légalise clairement l'aide médicale à mourir, sous conditions strictes».. @GLacroix01 N2 du #PRG"Nous déplorons le caractère timoré des conclusions du rapport sur la fin de vie" #euthanasie http://t.co/o1aXDusRE4 — Parti Radical Gauche (@PartiRadicalG) December 12, 2014?lang=fr
16h20 : L'Eglise soulagée que le rapport «n'entre pas dans l'euthanasie»L'Eglise catholique s'est montrée soulagée que le rapport des députés Jean Leonetti (UMP) et Alain Claeys (PS) s'inscrive dans la quête «du meilleur accompagnement de nos concitoyens vulnérables» et «n'entre pas dans l'euthanasie ou le suicide assisté».«C'est l'honneur d'une société de chercher sans cesse le meilleur accompagnement de nos concitoyens vulnérables qui s'approchent de leur décès et qui ont droit à une fin de vie digne et apaisée», écrit l'archevêque de Rennes, Mgr Pierre d'Ornellas, président du groupe de travail de la Conférence des évêques de France (CEF) sur la fin de vie, en estimant que le rapport Leonetti-Claeys, «avec sa proposition de loi, s'inscrit dans cette recherche».
14h45 : La SFAP «se félicite des propositions» du rapportLa Société française d'accompagnement et de soins palliatifs (SFAP) «se félicite des propositions» qui «répondent directement aux inquiétudes en sécurisant et améliorant concrètement la prise en charge des personnes en fin de vie». En particulier, la SFAP apprécie le «renforcement» des directives anticipées dans lesquelles chacun peut stipuler son refus de l'acharnement thérapeutique pour la fin de sa vie. D'après les propositions des députés, les directives deviendraient obligatoires.
14h40 : «Une euthanasie masquée»Parmi les associations anti-euthanasie, le mouvement Soulager mais pas tuer critique le recours à une «sédation terminale jusqu'à la mort» qui «s'apparente à une euthanasie masquée».La proposition des deux députés prévoit d'instaurer une «sédation profonde et continue» pour des malades en phase terminale. Cette utilisation continue de sédatif contre la douleur s'apparente pour un malade proche de la mort à un droit à être endormi sans être réveillé.Pour le porte-parole de Soulager mais pas tuer, Tugdual Derville, également porte-parole de La Manif pour tous, «l'interdit de tuer est fondateur de la confiance entre soignants et soignés» et la proposition des deux députés, même si elle ne parle pas d'euthanasie introduit un «risque de tour de passe-passe» entre soulagement profond et mort.
14h20 : Les trois cas dans lequels pourraient s'appliquer la future proposition de loiFin de vie: Les trois situations énoncées par... par 20Minutes
13h00 : «On ouvre la voie à l’euthanasie», dénonce Gilbert CollardInterrogé sur Public Sénat et LCP, Glibert Collard a estimé que «là, on introduit l'air de rien l'euthanasie. (...) La loi Leonetti elle est arrivée à un point d'équilibre. Mais si on va au-delà, c'est qu'on se débarrasse de quelqu'un qui n'est plus apparemment en état de vivre. Mais on peut aussi sortir d'un coma (...) C'est quand même grave quand tout dans une société converge vers la destruction de ce qui a fait l'humanisme, le respect de l'humain. si on va plus loin que la loi Leonetti on risque d'aller fissurer le noyau essentiel du respect qu’on doit à la vie.»
12h45 : L'UMP Bernard Debré ne veut pas d'une nouvelle loi«Il ne faut pas légiférer plus que la loi Leonetti sur la fin de vie» @Bernard_Debre http://t.co/8NtVjwYgmC #Talk — Le Figaro (@Le_Figaro) December 12, 2014?lang=fr
12h40 : «Une avancée consensuelle» pour Alain JuppéEn première approche, la proposition Léonetti-Claeys pourrait être une avancée consensuelle. AJ— Alain Juppé (@alainjuppe) December 12, 2014Fin de vie (suite) : à condition que les extrémistes des 2 bords n'en rajoutent pas! AJ— Alain Juppé (@alainjuppe) December 12, 2014La fin de vie : il faut à tout prix éviter les querelles partisanes sur une question aussi fondamentale. AJ— Alain Juppé (@alainjuppe) December 12, 2014
12h20 : Jean-Luc Romero «déçu du texte»Pour le président de l' Association pour le droit de mourir dans la dignité, le rapport remis ce vendredi au chef de l'Etat «réinvente une loi qui ne marche pas».On n'attendait pas grand chose de #Leonetti et on n'a pas été déçu. On réinvente une loi qui ne marche pas ! #NonAUneLoiLeonettiDeGauche — Jean-Luc Romero (@JeanLucRomero) December 12, 2014
11h52 : Le jour où Jean a aidé sa femme à mourirDécouvrez l'histoire de Jean, qui a aidé son épouse malade à mettre fin à ses jours.Fin de vie: Le jour où Jean a aidé sa femme Josiane à mettre fin à ses jours http://t.co/wDNOmpskee— Barbara Babs U. (@Babsdeslandes) December 12, 2014
11h22 : Un texte qui «trahit les valeurs de la France» pour Christine BoutinSans surprise, l'ex-ministre, présidente d'honneur du Parti chrétien démocrate, désapprouve le texte. Sur twitter, elle invective le président, lui demandant si par ce texte cherche «la trahison des valeurs qui ont fait la France».#Hollande veut un texte sur la fin de vie mais que veut-il? La trahison des valeurs qui ont fait la France?Il en répondra devant l'Histoire — christine Boutinن (@christineboutin) December 12, 2014
10h43 : «Un enseignement spécifique» sur la fin de vieLe président a annoncé la mise en place dès la rentrée 2015 d'un «enseignement spécifique» sur la fin de vie, et obligatoire pour les professions médicales, ainsi qu'un «plan triennal» pour les soins palliatifs.
10h40 : «Consacrer le droit de mourir dans la dignit黫Toute personne, déjà malade ou non, pourra rédiger des directives anticipées», a expliqué François Hollande. «C hacun pourra stipuler son refus d'un acharnement thérapeutique en cas de maladie grave» et ces dispositions seront « contraignantes » pour les médecins", a-t-il détaillé.La seconde avancée concerne les directives anticipées relatives à sa fin de vie #DirectPR — Élysée (@Elysee) December 12, 2014«Ce texte permet de combler les lacunes de notre droit et de mettre en place des mesures équilibrées et réalistes pour respecter la volonté des patitents dans l'accompagnement vers la mort», a poursuivi le chef de l'Etat.Ces mesures équilibrées et raisonnables permettront d'apaiser la souffrance des malades en #findevie, de respecter leur autonomie #DirectPR — Élysée (@Elysee) December 12, 2014
10h33 : Possibilté de mourir pour certains patients ne pouvant exprimer leurs volontésLe texte prévoit la possibilité pour les malades en fin de vie hors d'état d'exprimer leur volonté de bénéficier tout de même d'un accompagnement vers la fin de vie. Ce dispositif sera possible pour des cas précis, «après concertation des médecins et de la famille».
10h32 : Instaurer un «droit à la sédation»Le président a appelé à instaurer un droit à une «sédation profonde et continue», couplée à «l'arrêt des dispositifs de traitement» qui ont n'ont pour vocation que le maintien artificiel en vie de certains malades incurables qui en feraient la demande.La 1e avancée a trait à la sédation, traitement conduisant à une altération profonde et continue de la vigilance jusqu'au décès #DirectPR — Élysée (@Elysee) December 12, 2014
10h32 : Un débat sur la fin de vie dès le mois de janvier«Le temps est venu de procéder au vote d'une loi. C'est pourquoi dès le mois de janvier, il y aura un débat sur la fin de vie à l'Assemblée nationale», pour instaurer «un droit nouveau à mourir»,  a déclaré le président.
10h27 : «La loi sur la fin de vie est mal connue et mal appliquée» selon Hollande«La fin de vie est un sujet lourd, complexe et délicat», a commencé le président, venu prendre la parole après la remise du rapport, rappelant que l'amélioration du traitement des malades en fin de vie était une promesse de campagne. «J'ai tenu à engager une vaste réflexion».
10h20 : Vives tensions autour de la remise du rapport d'Alain Claeys et Jean Leonetti20 Minutes vous explique ici pourquoi les deux députés ne sont pas sur la même longueur d'onde.
10h15 : Le jour où Jean a aidé sa femme Josiane à mettre fin à ses joursRetrouvez ici le témoignage de cet homme de 86 ans, renvoyé devant un tribunal pour «non-assistance à personne en danger»
10h10 : Fin de vie: une promesse de campagne qui diviseDepuis que François Hollande a fait de la révision de la loi Leonetti de 2005 une promesse de campagne, plusieurs rapports ont été remis. Voici leurs principales conclusions.
10h05 : «On meurt mal aujourd'hui en France»C'est ce qu'a affirmé  dans l'Obs Jean Leonetti, qui veut permettre «aux gens de partir doucement et sans souffrance». Selon les députés Alain Claeys (PS) et Jean Leonetti (UMP), le rapport qui sera remis au Président de la République sera accompagné d'une proposition de loi commune qui pourrait être présentée au Parlement l'an prochain. La révision de la loi Leonetti était l'une des promesses de campagne de François Hollande qui avait, dès 2012, évoqué la possibilité pour toute personne «en phase avancée ou terminale d'une maladie incurable» de demander à bénéficier d'une «assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité».
10h00 : Quel est l'état de la législation sur la fin de vie en Europe?
Après la remise du texte, le président prendra la parole ce matin à 10 heures 25.

Suivez les événements en direct avec 20 Minutes.fr