Nabilla et Thomas ont participé à une reconstitution chez le juge

JUSTICE Les deux anciens amants ont confronté leurs versions des faits…

Vincent Vantighem
— 
Thomas Vergara et Nabilla, en novembre 2013, en Belgique.
Thomas Vergara et Nabilla, en novembre 2013, en Belgique. — FredericAndrieu/AgencePeps//ANDRIEU FREDERIC/SIPA

Trois heures de reconstitution. Et au final, aucun des scénarios décrits par les deux amants ne peut avoir provoqué la blessure, selon le médecin légiste. Le quotidien Le Parisien révèle, ce vendredi, que Nabilla et son compagnon Thomas ont tous les deux participé à une reconstitution, jeudi, dans le bureau du juge d’instruction.

>> Procédure: Nabilla reste en prison

Contacté par 20 Minutes, Christian Saint-Palais, l’avocat de la star de la téléréalité a confirmé l’information. «Oui, il y a bien eu un acte d’instruction, une reconstitution dans l’enceinte du Palais de justice», confie-t-il.

Un geste «commis dans la confusion»

Alors que le juge leur a demandé de rejouer la scène au cours de laquelle Thomas, le compagnon de Nabilla, a reçu un coup de couteau au thorax, la starlette aurait, toujours selon son avocat, campé sur sa position. «Elle conteste toujours sa responsabilité personnelle dans cette affaire, lâche Christian Saint-Palais. La justice est en train d’effectuer des vérifications. Mais je suis persuadé que ses propos seront, au final, jugés compatibles avec ce qui s’est produit cette nuit-là…»

>> Les faits: Ses avocats font tout pour la faire sortir

Le Parisien assure, pourtant, que Thomas, lors de la même reconstitution, aurait lui décrit un autre scénario. Après avoir admis qu’il n’avait pas été blessé par trois individus, comme il l’assurait au départ, il aurait fini par reconnaître que c’est bien Nabilla qui l’a poignardé. «Il parle d’un geste commis dans la confusion», assure une source proche du dossier au Parisien.

Estimant que «l’enquête progresse vite», Christian Saint-Palais assure qu’il espère toujours faire sortir sa cliente de détention provisoire «le plus rapidement possible».