Plug anal: Malgré la polémique McCarthy, pas d'explosion des ventes

SEXTOYS Ce sextoy n’a pas réussi à s’introduire dans le quotidien des Français.…

A.Ch.

— 

Des plugs anaux.
Des plugs anaux. — BEBERT BRUNO/SIPA

Malgré la polémique provoquée par l’œuvre d’art de Paul McCarthy, il se vendra encore cette année plus de sapins que de plugs anaux à Noël. Ce sextoy moins grand public que les rabbits ou les anneaux vibrants a certes bénéficié d’un coup de projecteur sans précédent, mais n’a pas réussi à s’introduire dans le quotidien des Français.

Buzz sur Internet

A en croire certains distributeurs de sextoys, les plugs seraient devenus le nouveau «it toy» des Parisiens branchés. «Il y a eu un gros buzz sur Internet sur le mot clé "plug anal", confirme Patrick Pruvost, fondateur des magasins Passage du désir. Nous avons donc amélioré le référencement sur ce mot clé et fait une réduction de 10% sur les plugs. Résultat, les ventes de plugs sur le site web ont augmenté de 80% en novembre 2014 par rapport à novembre 2013.»

Le gros des ventes a donc été favorisé par les recherches sur Internet. «Il n'y a pas vraiment eu de hausse des ventes», assure-t-on chez Dorcel. «Mais nous avons constaté une hausse du trafic: les gens vont voir ce que c’est. Mais de là à acheter derrière…» Le site de Dorcel dit avoir écoulé 4.000 plugs anaux en 2014, soit une bonne dizaine par jour. les ventes n’ont pas explosé. En revanche, «Pas d’augmentation significative des ventes ces dernières semaines», assure sexyavenue.com.

Les magasins en dur n'ont pas profité du buzz

Mais le buzz n'aura pas autant profité aux magasins en dur. «Nous n’avons pas ressenti de hausse des ventes de plugs anaux depuis l’affaire du sapin», témoigne une employée de la boutique Passage du désir, dans le 1er arrondissement. «Aucun client ne nous a parlé de cette polémique.»  Même son de cloche chez Dollhouse, dans le Marais: «Nous n’avons pas vu de recrudescence des ventes de plugs, nous dit Sandrine, responsable de la boutique. Nous en vendons régulièrement, à des gens qui connaissent ou à d’autres qui veulent découvrir et nous demandent des conseils. Mais aucun client n’est arrivé en faisant référence à l’affaire du sapin.»