Agression à Créteil: Les suspects pourraient avoir commis une autre agression antisémite

FAITS DIVERS Les auteurs présumés des faits sont suspectés d'avoir agressé un septuagénaire de confession juive...

A.B.

— 

Les trois auteurs présumés du braquage ont tous été interpellés.
Les trois auteurs présumés du braquage ont tous été interpellés. — afp.com

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve l'a assuré ce mercredi, le «caractère antisémite» de l'agression «semble avéré», a-t-il déclaré, faisant part de son «indignation». «Il y a eu ciblage, confirme une source proche du dossier. Les agresseurs ont effectué des repérages avant d'agresser le couple».

Les agresseurs «connaissaient les origines juives de la famille»

Lundi vers 12h30, trois hommes ont pénétré de force dans l'appartement où se trouvaient un jeune homme de 21 ans et sa petite amie de 19 ans. Armés d'un pistolet automatique et d'un fusil à canon scié, «encagoulés et gantés, les agresseurs ont ligoté leurs victimes», affirmant «connaître les origines juives de la famille et savoir où était l'argent», a expliqué cette source. D'après les premiers éléments de l'enquête, les agresseurs ont violé la jeune femme avant de «prendre la fuite une heure plus tard, après avoir volé bijoux, cartes bancaires et téléphones portables».

Suspectés d'une autre agression antisémite

Un peu plus tard le même jour, la Brigade anticriminelle de Créteil (Val-de-Marne) a retrouvé les agresseurs présumés dans la commune voisine de Bonneuil-sur-Marne, en possession de bijoux appartenant aux victimes. Deux d'entre eux, âgés de 19 et 20 ans, ont été interpellés et placés en garde à vue. Le troisième, qui avait réussi à prendre la fuite, a été arrêté mercredi. 

Ils ont été déférés devant le juge d'instruction et le parquet de Créteil, qui a ouvert une information judiciaire, et fait le lien entre l'agression de lundi et une autre qui s'est déroulée le 10 novembre, toujours à Créteil. «Un septuagénaire a été roué de coup parce qu'il était juif», raconte à 20 Minutes une source judiciaire. «Les agresseurs présumés ont usé dans les deux affaires des mêmes stratagèmes pour faire leur repérage puis pénétrer au domicile des victimes, toutes de confession juive», poursuit-elle.

Dès les prochains jours, des confrontations devraient avoir lieu dans le bureau du juge d'instruction entre les victimes et leurs agresseurs présumés. Les deux individus interpellés lundi «nient farouchement leur implication dans les deux agressions», explique cette source. Le troisième, qui aurait activement participé à l'agression du septuagénaire, a «partiellement reconnu les faits», et est considéré comme complice dans la seconde agression, pour avoir pris part au repérage. Le parquet a d'ores et déjà requis des mandats de dépôt à l'encontre des trois hommes en vue de leur incarcération.

«Ce drame ravive la mémoire de l'horreur subie par Ilan Halimi»

Ce mercredi, le vice-président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), Gil Taïeb, a fait part de son «indignation et de [sa] colère face à cet acte aggravé par des motivations antisémites». Inquiet, il craint «une double peine infligée à des Juifs de France qui, dans certaines banlieues, sont fragilisés socialement et sont en plus agressés pour ce qu'ils sont, parce qu'ils sont juifs».

«C'est un cauchemar, ce drame ravive la mémoire de l'horreur subie par Ilan Halimi, où des bourreaux passent à l'acte parce que dans leur esprit, juif égal argent», déplore Gil Taïeb.