Dieudonné jugé mercredi pour appel aux dons pour payer ses amendes

JUSTICE Dieudonné avait sollicité les internautes pour régler son amende de 28.000 euros d'amende relative à sa condamnation en 2013 pour diffamation, injure et provocation à la haine et à la discrimination raciale pour des propos et une chanson, «Shoah nanas»...

20 Minutes avec AFP

— 

Dieudonné à son arrivée le 13 décembre 2013 au palais de justice à Paris
Dieudonné à son arrivée le 13 décembre 2013 au palais de justice à Paris — Joël Saget AFP

L'humoriste controversé Dieudonné, condamné à plusieurs reprises pour des propos jugés antisémites, comparaît mercredi devant le tribunal correctionnel de Paris, poursuivi pour avoir lancé un appel aux dons pour régler ses amendes.

Dans une vidéo fin décembre 2013, Dieudonné évoquait notamment sa condamnation à 28.000 euros d'amende, prononcée par la cour d'appel de Paris le 28 novembre 2013 pour diffamation, injure et provocation à la haine et à la discrimination raciale pour des propos et une chanson, «Shoah nanas», dans deux vidéos diffusées sur internet.

Dans la vidéo qui lui vaut de comparaître mercredi, il évoquait alors l'«anataxe» qui permet selon lui de chanter la chanson «Shoah nanas», version détournée de «Chaud cacao» d'Annie Cordy, et lançait aux internautes: «Continuez à donner», «c'est pas de l'argent perdu», ou encore «Plus vous m'aidez évidemment et plus on met le système en difficulté».

Il est passible d'une peine de six mois d'emprisonnement et 45.000 euros d'amende

Le fait «d'ouvrir ou d'annoncer publiquement des souscriptions ayant pour objet d'indemniser des amendes, frais et dommages-intérêts prononcés par des condamnations judiciaires» est passible d'une peine de six mois d'emprisonnement et 45.000 euros d'amende.

Mais pour son avocat Me Sanjay Mirabeau, qui plaidera la relaxe, il ne s'agit pas d'un appel aux dons, mais de l'achat de la vignette que recevaient les soutiens de Dieudonné qui s'acquittaient de l'«anataxe».

Les sommes ainsi perçues ont été déclarées fiscalement comme des dons, assure Me Mirabeau. Dieudonné, qui a créé avec l'essayiste d'extrême droite Alain Soral un parti politique, a été mis en examen le 10 juillet pour fraude fiscale, blanchiment et abus de biens sociaux.

Plus de 400.000 euros expédiés au Cameroun

Il est soupçonné de ne pas avoir déclaré toutes ses recettes et d'avoir envoyé la partie non déclarée à l'étranger, ce que Dieudonné conteste en s'appuyant sur les documents fiscaux, selon Me Mirabeau. La justice s'interroge sur plus de 400.000 euros expédiés entre 2009 et 2013 au Cameroun, pays où il a des liens familiaux, alors que le polémiste, condamné à plusieurs reprises à des amendes par les tribunaux, ne s'en acquittait pas. Il les a depuis payées.

Fin janvier, dans le cadre de l'enquête préliminaire, les policiers ont découvert 650.000 euros en liquide à son domicile, en Eure-et-Loir. L'un de ses avocats avait alors expliqué qu'il s'agissait du produit de la billetterie de son spectacle. Les enquêteurs travaillent aussi sur les conditions dans lesquelles la société «les Productions de la plume», gérée par sa compagne Noémie Montagne, avait racheté pour 550.000 euros une propriété de Dieudonné, mise aux enchères publiques forcées en raison d'une dette fiscale de près de 900.000 euros.

Après un appel aux dons, Dieudonné avait aussi reçu près de 1.400 chèques, pour une somme d'environ 550.000 euros, avait indiqué une source proche du dossier en février. Selon Me Mirabeau, il s'agissait de « prêts », qui ont tous été remboursés.