Inceste: Près de 2 millions de victimes en France

Colloque Qualifié de «fléau de santé publique de l'ombre», mercredi lors d'un colloque, l'inceste toucherait près de deux millions de personnes en France...

20 Minutes avec agences

— 

Illustration sur l'inceste.
Illustration sur l'inceste. — AIRIO/LEHTIKUVA OY/SIPA

«Fléau de l'ombre», l'inceste est beaucoup plus répandu que ce que l'on croit et la prévention reste défaillante: c'est le constat des professionnels de la santé et de la justice, 25 ans après l'adoption de la Convention internationale des droits de l'enfant.

En raison des défaillances du repérage, l'inceste serait «10 fois plus fréquent que ce que l'on sait» car entouré d'un tabou très fort, a estimé, mercredi, lors d'un colloque à Paris Cédric Grouchka, membre du Collège de la Haute autorité de santé. Selon lui, il s'agit d'un «fléau de santé publique de l'ombre».

>> A lire ici: «Bonjour, je suis une survivante de l’inceste…»

Des chiffres sous-estimés

Selon un sondage pour l'Association internationale des victimes de l'inceste (Aivi) qui date de 2009, il y aurait en France près de deux millions de personnes touchées par ce type de violence sexuelle.

Pour Isabelle Aubry, présidente de l'association, ce chiffre «est sûrement sous-estimé». 90% des agresseurs incestueux sont des hommes, et plus de 70% sont les grands-pères, pères ou frères des victimes.

Les violences confiées que 16 ans plus tard

En moyenne, a expliqué Isabelle Aubry, une victime d'inceste, lorsqu'elle confie les violences subies, ne le fait que 16 ans plus tard. Et selon l'Aivi, seulement 30% des proches qui recevraient les aveux d'une victime préviendraient les autorités. Les autres préféreraient garder le secret (6%) ou «attendre des preuves» (60%). Enfin, face à une situation d'inceste, près de 70% des parents vont avoir une attitude de déni.

Une méfiance et une forte culture de la «suspicion» dénoncée par les associations et renforcée par l'affaire des abus sexuels sur des enfants à Outreau, qui avait révélé des dysfonctionnements de la justice. Pourtant, selon l'Aivi, les fausses allégations ne représentent qu'un cas sur mille.