L'homme apparaissant dans la vidéo de Daesh est-il vraiment Mickaël Dos Santos?

TERRORISME Certains spécialistes ont des doutes quant à son identification formelle...

William Molinié

— 

Montage photo réalisé par Aurélie Delaunoy
Montage photo réalisé par Aurélie Delaunoy — 20 Minutes

Et si la photo du djihadiste, tirée de la vidéo de l’exécution de l’otage américain Peter Kassig et de 18 soldats syriens, et relayée par les médias depuis mercredi matin n’était pas celle de Mickaël Dos Santos, alias «Abou Uthman»? Vingt-quatre heures après l’annonce dans la presse de l’identité du deuxième français bourreau de Daesh, des doutes subsistent. Ou tout du moins des zones d’ombre entourent son identification formelle. Et ce, malgré les reprises unanimes partout dans la presse (y compris sur notre site…).

La première incohérence a été relevée par plusieurs journalistes et experts des mouvances djihadistes en Irak et en Syrie. Elle concerne la voix de Mickaël Dos Santos. Ou plutôt son accent. «Dans la vidéo, à 6 minutes 50, précisément, il parle parfaitement, pendant 7 secondes, avec un accent syrien, explique auprès de 20 Minutes Wassim Nasr, journaliste à France 24 et spécialiste des mouvements djihadistes. On ne peut pas acquérir un tel niveau en si peu de temps.» Effectivement, le jeune homme a rejoint la Syrie au deuxième semestre 2013 sans parler couramment l'arabe.

Capture d'écran d'une vidéo de propagande montrant le djihadiste identifié comme étant Mickaël Dos Santos à 6'50'' - 20 Minutes

Pour David Thomson, reporter à RFI et auteur d’un ouvrage de référence sur les Français djihadistes, l’homme de la vidéo présenté comme Mickaël Dos Santos ne serait pas un Français, mais un Syrien.

Il affirme aussi que le vrai Mickaël Dos Santos, s'exprimant sur un compte twitter «authentifié», dément apparaître dans la vidéo.

Doublage ou trucage?

Par ailleurs, la couleur des yeux est trompeuse. Comme on peut le voir sur ce montage photo, les yeux marron de la photo de gauche (capture d’écran de la vidéo) ne sont pas aussi clairs que sur les trois photos de droite (publiées par Mickaël Dos Santos sur son propre fil twitter). «Son visage semble plus fin sur ses propres photos», poursuit Wassim Nasr.

Montage photo réalisé par Aurélie Delaunoy - 20 Minutes

La voix et les yeux du djihadiste ont-ils été truqués par les monteurs de la vidéo de propagande de l’Etat islamique? «Quel intérêt auraient-ils à faire ça, s’interroge le spécialiste. Ils savent que la vidéo va faire le tour du monde. Et les protagonistes qui apparaissent à visage découvert dans la vidéo se revendiquent déjà djihadistes sur twitter.»

«Je ne dis pas que ce n’est pas Mickaël Dos Santos dans cette vidéo. Peut-être que les autorités ont d’autres éléments qu’on n’a pas. Mais je me permets d’émettre des doutes», ajoute-t-il.

Pas de confirmation à 100%

Un Français ayant rejoint l’Etat islamique, contacté par 20 Minutes sur Twitter mercredi soir, était quant à lui beaucoup plus catégorique. «Non cs pas lui as 400% (sic)», répondait-il par écrit.

Capture d'écran Twitter. - 20 Minutes

Autre fait troublant, lors de notre reportage dans l'immeuble de la famille Dos Santos à Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne), les voisins ont eu des difficultés à reconnaître le jeune homme sur les photos issues de la vidéo que nous leur avons présentées. Aucun n'a pu confirmer à 100% qu'il s'agissait bien de Mickaël Dos Santos.

«Ce n'est pas une vérité absolue»

De son côté, le parquet maintien la version de son communiqué de presse diffusé mercredi en fin de journée, relatant des «indices précis et concordants» permettant d’identifier la présence de ce second français dans la vidéo. «“Des indices précis et concordants” veulent bien dire qu’il ne s’agit pas d’une vérité absolue. Une enquête est en cours», nous a-t-on simplement précisé.

Prudence et précaution de langage ou véritables doutes? «Les services de renseignement ne peuvent pas être formels en se basant uniquement sur une vidéo, d’autant que ces images sont de la propagande émanant d’un groupe terroriste», précise à 20 Minutes une source Place Beauvau. «Vraisemblablement, c’est lui», poursuit-on.

Un père nie la présence de son fils

Quant à la mère de Mickaël Dos Santos, elle a bien été entendue par les policiers. Mais l’information selon laquelle elle aurait reconnu son fils dans la vidéo ne nous a pas été confirmée officiellement.

Des revirements de déclarations de proches dans ce type d’affaires peuvent exister. Ainsi, Outre-Manche, un père de famille qui avait dans un premier temps suggéré que son fils de 20 ans, originaire de Cardiff, pouvait figurer parmi les bourreaux de cette même vidéo a catégoriquement affirmé lundi sur la BBC que ce n’était pas le cas (article en anglais). «Il y a trop de différences. Celui-ci a un grand nez, alors que [mon fils] a le nez plat», avait-il conclu.