Trois jeunes tuent un chat en l’utilisant comme un ballon de foot

ATTAQUE D'ANIMAUX Un groupe de trois adolescents a tué une jeune chatte, qu’ils ont utilisée comme un ballon de football à Vauvert (Gard)…

A.B.
— 
Illustration d'un chaton.
Illustration d'un chaton. — SIPA PRESS

Ils n’ont que 12 ans, mais les trois jeunes ont commis un acte odieux. Les faits se sont déroulés le vendredi 31 octobre, trois adolescents de Vauvert dans le Gard ont scandalisé les habitants du village en tuant Duchesse, une jeune chatte à qui ils ont fait endurer l’horreur. Ce jour-là, alors que la petite Duchesse jouait dans un arbre, les trois jeunes gens la font tomber du haut de sa branche à coups de pierres, avant de la jeter en l'air et de la laisser lourdement retomber sur la chaussée. Les adolescents ont poursuivi leur jeu morbide en rouant l’animal de coups de pied, finissant par se servir du petit chat comme d’un ballon de foot. Emmenée chez le vétérinaire dans un état critique, en état de choc et souffrant de saignements, d’un traumatisme crânien ou encore des lésions respiratoires profondes, Duchesse avait finalement été euthanasiée le lendemain.

Une plainte déposée

Les trois jeunes ont été entendus par les gendarmes, mais le parquet de Nîmes n'a pour le moment pas engagé de poursuites, rapporte le site du quotidien Midi Libre. Deux associations de défense des animaux ont d’ores et déjà déposé plainte. «Duchesse a subi un véritable calvaire», expliquent au Parisien Sabine Peyre de Fabrègues et Claudette Monvoisin, présidentes des associations Moustaches et coussinets (Saint-Nazaire-de-Pézan) et Chats grains d'amour (Aigues-Vives). Une pétition en ligne qui a également été lancée et a recueilli plus de 1 700 signatures.

Les deux présidentes ont raconté le drame des derniers instants de l'animal : «Emmenée dans un état lamentable chez le vétérinaire, qui relèvera un état de choc, des saignements de la gueule, un traumatisme crânien, des émissions de plainte ou encore des lésions respiratoires profondes, elle sera euthanasiée le lendemain, samedi 1er novembre».

Plusieurs associations de défense des animaux se sont constituées partie civile.