Affaire Nabilla: «On est juste deux personnes qui s’aiment, qui s’aiment un peu trop», explique Thomas Vergara

TEMOIGNAGE Le compagnon de Nabilla nie l'avoir frappée...

T.L.G.

— 

La vedette de téléréalité Nabilla Benattia et son petit ami Thomas Vergara lors de la présentation de leur émission sur NJR12, le 21 octobre 2013 à Paris
La vedette de téléréalité Nabilla Benattia et son petit ami Thomas Vergara lors de la présentation de leur émission sur NJR12, le 21 octobre 2013 à Paris — Eric Feberberg AFP

La France attendait la version de Thomas Vergara. Le compagnon de Nabilla Benattia ne s’était pas exprimé publiquement depuis son agression au couteau, subie il y a dix jours. Le jeune homme, en convalescence depuis sa sortie de l’hôpital mercredi dernier, est revenu avec émotion sur sa relation avec la starlette de téléréalité dans l’émission Sept à Huit sur TF1. «On s’est disputé. Vous savez, c'est une relation vraiment très très très passionnelle et je pense qu'il n'y a qu'elle et moi qui sachons vraiment l'amour qu'on a l'un pour l'autre», confie Thomas Vergara. «Personne ne peut comprendre ce que l’on ressent», ajoute-t-il au bord des larmes.

«Je n'ai pas tapé Nabilla»

Il est revenu sur ce qui lui plaisait chez la jeune femme. «Nabilla c’est un garçon en fait. J’étais vachement attiré car elle ne se laissait pas faire. C’est ça qui me plaisait». Thomas Vergara reconnaît la relation passionnée entretenue avec la starlette.

«On est en train de me faire passer pour le coupable. J’ai le profil parfait parce que je me suis énervé dans des émissions. C’est aberrant, je n’ai pas tapé Nabilla, parce qu’elle ne m’a rien fait, elle ne m'a pas trompé. C’est un retournement de situation. Moi je me suis pris des coups. J’ai eu des balafres, dans les bras, dans le dos».

Malgré les coups de couteau, Thomas Vergara ne lui en veut pas. «Je ne lui en veux pas car je sais qu’elle a un problème. Je pense que sa famille le sait.» Et s'improvise philosophe. «Le mensonge prend toujours l’ascenseur, et la vérité passe toujours par l’escalier». Il conclut. «J’aimerais que les gens comprennent que sa situation est horrible, la mienne est horrible. On est juste deux personnes qui s’aiment, qui s’aiment un peu trop».