Mort de Rémi Fraisse: Des lycées parisiens bloqués par des manifestants

EDUCATION Le jeune homme a été tué sur le chantier du barrage de Sivens...

N.Beu. avec AFP

— 

Le lycée Arago à Paris, bloqué par des manifestants contre la mort de Rémi Fraisse, le 6 novembre 2014.
Le lycée Arago à Paris, bloqué par des manifestants contre la mort de Rémi Fraisse, le 6 novembre 2014. — KENZO TRIBOUILLARD / AFP

La mort de Rémi Fraisse remonte à plus de dix jours, mais la colère des lycéens, en vacances au moment du drame, n'est pas retombée. Ce jeudi matin, une vingtaine de lycées de Paris étaient bloqués par des manifestants indignés par le décès du jeune manifestant, tué par une grenade offensive sur le chantier du barrage du Sivens, a annoncé le Rectorat de Paris.

«Une vingtaine de lycées sont bloqués, dont cinq ou six totalement. Les autres sont plutôt avec un blocage filtrant, c'est-à-dire que certains cours peuvent avoir lieu», a précisé un porte-parole du Rectorat. Selon une source policière, 28 établissements étaient bloquées partiellement ou totalement. L'accès à certains établissements proches de la place de la Nation (11e/12e arrondissements), où est prévu un rassemblement à partir de 11h, était barré par des poubelles, a constaté une journaliste de l'AFP.

Devant l'entrée du lycée Dorian, situé avenue Philippe-Auguste dans le 11e arrondissement, une quarantaine de grosses poubelles vertes et un conteneur pour recyclage de verre ont été entassées sur plusieurs mètres de hauteur. Une banderole «Rémi, notre frère d'arbre» a été accrochée aux grilles de l'établissement devant lesquelles on pouvait compter plusieurs dizaines de personnes, manifestants et lycéens bloqués. Devant l'entrée du lycée Arago, situé sur la place de la Nation, des poubelles ont également été massées devant les cinq entrées. Assis sur ces poubelles, les protestataires laissaient seulement entrer les élèves BTS qui doivent s'inscrire pour le bac.