Polémique à la CGT: Lepaon juge le montant des travaux de son appartement «choquant»...

SOCIETE Bernard Thibault estime que le syndicat est «dans une mauvaise passe»...

M.P. avec AFP

— 

Le secrétaire général de la CGT Thierry Lepaon à Paris, le 7 avril 2014.
Le secrétaire général de la CGT Thierry Lepaon à Paris, le 7 avril 2014. — PATRICK KOVARIK / AFP

Thierry Lepaon a jugé «choquant» ce mercredi le montant des travaux engagés dans son appartement de fonction, mais a assuré qu'il était nécessaire d'en faire avant qu'il puisse s'y installer.

«Si on avait débattu collectivement, on n'aurait pas fait 105.000 euros de travaux dans un appartement en location: on aurait acheté ou on aurait fait moins de travaux», a-t-il indiqué sur RMC et BFM TV.

D’autant que Le Canard Enchaîné, qui avait révélé l’affaire la semaine dernière, en a rajouté une couche ce mercredi en expliquant que l’appartement avait déjà été refait à neuf juste avant la location. Ce que Thierry Lepaon a affirmé ignorer.

«Une mauvaise passe» pour Thibault

«Il fallait vraiment refaire des travaux importants, de sécurité, de volets», a-t-il affirmé, tout en réaffirmant qu'il y avait eu «faute» de l'administrateur d'avoir réalisé 105.000 euros de travaux. «Cela me choque, c'est choquant, je comprends que les syndicats de la CGT, que les salariés soient choqués», a-t-il déclaré, répétant qu'il allait adresser une lettre à tous les syndiqués sur ce sujet.

Interrogé sur son avenir à la CGT dans un tel contexte, Thierry Lepaon a souligné qu'il avait «été élu par le congrès jusqu'à un prochain congrès» et qu’il «pourrait être candidat» à un autre mandat alors que la centrale syndicale traverse des turbulences.

«La CGT est manifestement dans une mauvaise passe en ce moment», a commenté Bernard Thibault, l’ancien leader du syndicat, dénonçant par ailleurs des «attitudes de gestions critiquables» dans cette affaire. «Peut-être que d'aucuns, même s'il peut y avoir des attitudes, des gestions critiquables, en profitent pour essayer de disqualifier une bonne fois pour toutes le syndicalisme alors qu'il y en a tellement besoin», a-t-il déclaré sur Europe 1.