Essonne: Interpellé après avoir commandé des billets de 50 euros sur Internet

FAITS DIVERS Le phénomène arrive en France…

William Molinié

— 

Saisie d'une quarantaine de faux billets de 50 euros après l'arrestation d'un individu qui les commandaient sur Internet.
Saisie d'une quarantaine de faux billets de 50 euros après l'arrestation d'un individu qui les commandaient sur Internet. — Police Nationale

La pratique devient petit à petit monnaie courante. Un homme d’environ 25 ans, habitant de Longjumeau (Essonne), a été arrêté la semaine dernière pour avoir commandé une quarantaine de faux billets de 50 euros sur Internet, a appris ce lundi 20 Minutes auprès d’une source policière.

L’enquête conduite par l’office central pour la répression du faux monnayage (OCRFM) a mis au jour un phénomène qui se répand petit à petit en France. «Il s’agit de commander des faux billets sur des sites du Darknet via le logiciel TOR  pour passer inaperçu», explique cette source. «Les moyens de paiement sont réalisés dans un parfait anonymat, soit en Bitcoins, soit avec des cartes bleues prépayées achetées dans des bureaux de tabac».

Peine de 10 ans de prison

Après le démantèlement en 2012 en Seine-et-Marne d’une importante officine offset de fabrication de faux billets, les policiers ont constaté la quasi-disparition de billets contrefaits fabriqués sur le territoire français. L’essentiel des faux billets d’euros est depuis confectionné dans la région de Naples en Italie.

Mais depuis quelques mois, les commandes par Internet semblent avoir pris un peu d’ampleur. Même s’il reste à la marge. «Les réseaux de production sont plutôt anglo-saxons. On a encore en France la barrière de la langue», explique un enquêteur spécialisé en fausse monnaie.

L’individu, déféré vendredi dernier, est convoqué au mois de décembre devant le tribunal correctionnel d’Evry où il risque jusqu’à 10 ans de prison.