Les travaux du barrage de Sivens suspendus «sine die»

POLEMIQUE Le président du conseil général du Tarn l'a annoncé au cours d'un entretien avec l'écologiste Jean-Vincent Placé...

Vincent Vantighem

— 

Des manifestants se dressent face à des policiers sur le site du barrage de Sivens.
Des manifestants se dressent face à des policiers sur le site du barrage de Sivens. — MATHIEU PATTIER/SIPA

La polémique autour de la mort de Rémi Fraisse aurait-elle eu raison du barrage en construction de Sivens (Tarn)? Le président du conseil général du Tarn, Thierry Carcenac, a décidé de suspendre «sine die» les travaux sur le site du barrage où le jeune manifestant de 21 ans a trouvé la mort, dimanche au petit matin. Révélée par Europe 1, l'information a été confirmée, ce mardi soir, par Jean-Vincent Placé qui a eu un entretien avec Thierry Carcenac à ce sujet.

«Après la séance au Sénat, j'ai sollicité un entretien avec Thierry Carcenac, indique le sénateur EELV à 20 Minutes. Il m'a indiqué qu'il suspendait les travaux. Cette décision sera avalisée, vendredi, lors de l'assemblée du conseil général du Tarn.»

Cécile Duflot est contente

Toujours selon Jean-Vincent Placé, cette décision de suspension permettra «a minima» d'intégrer les réflexions et les éléments du comité d'expertise qui avait émis des réserves sur ce projet de barrage. «Même en termes de financement, tout n'est pas bouclé», critique le sénateur écologiste qui se félicite de cette décision.

«J'ai eu Cécile Duflot au téléphone. Evidemment, elle est très contente!» Devant l'ampleur qu'a prise la polémique toute la journée de mardi, le sénateur écolo se veut optimiste sur la suite des événements. «Je pense que, derrière, le projet sera enterré définitivement...»