Ferme des 1.000 vaches: Prison avec sursis requise pour les dégradations

JUSTICE Quatre militants de la Confédération paysanne sont poursuivis pour avoir commis des dégradations…

Vincent Vantighem

— 

Les vaches arrivées à Drucat, dans "la ferme des 1.000 vaches", le 13 septembre 2014
Les vaches arrivées à Drucat, dans "la ferme des 1.000 vaches", le 13 septembre 2014 — AFP

Le procureur adjoint de la République d'Amiens, Françoise Dale, a requis mardi de 2 à 4 mois de prison avec sursis à l'encontre des quatre militants de la Confédération paysanne poursuivis pour des dégradations sur le site de la ferme dite des 1.000 vaches, symbole de l’agriculture industrielle.

>> Les faits: Des milliers des manifestants au procès des 1.000 vaches

Dans un dossier «éminemment politique», selon Françoise Dale, l'importance des dégradations -notamment celles qui avaient mis hors-service la machine de traite en mai dernier- appelle à sanction, a estimé la magistrate. Elle a également appelé à sanctionner les faits de vol et de recel et requis une amende de 1.000 euros pour refus de prélèvement ADN.

Un tag géant et une salle de traite démontée

Les militants entendaient faire de ce procès celui de «l’industrialisation de l’agriculture». La ferme des 1.000 vaches installée à Drucat (Somme) a commencé son exploitation à la mi-septembre, avec une autorisation limitée pour l’instant à 500 vaches laitières.

>> Lire notre reportage sur place

«Leur seul crime? Avoir réalisé un tag géant et avoir démonté quelques engins de chantier et une salle de traite (…) D’avoir choisi l’action plutôt que de se résigner à disparaître», avait accusé dans un communiqué la Confédération paysanne, peu avant l’ouverture du procès.