Pourquoi il n’y a jamais eu autant de morts depuis trente ans en France

DÉCÈS Les décès sont les plus nombreux à 87 ans pour les hommes et 92 ans pour les femmes, selon l'Insee...

M.B.
— 
Un cimetière de la métropole lilloise.
Un cimetière de la métropole lilloise. — M.Libert / 20 Minutes

En 2013, 569.200 personnes sont décédées en France (hors Mayotte). C’est à peu près autant que l’an dernier et il s’agit du plus haut niveau depuis trente ans, révèle une étude de l’Insee dévoilée jeudi. «Ce niveau s’explique par la structure de la population: les générations aux âges de forte mortalité sont un peu plus nombreuses que par le passé», explique l’Insee.

En effet, au début des années 2000, les décès étaient relativement peu nombreux, hormis le pic de 2003 causé par la canicule, car les générations qui arrivaient aux âges de forte mortalité étaient celles, peu nombreuses, nées pendant la Première Guerre mondiale. Par la suite, le nombre de décès a augmenté «du fait de l’arrivée à ces âges de générations un peu plus importantes, nées entre les deux guerres», souligne l’Insee.

«L’espérance de vie ne cesse d’augmenter»

Et de préciser qu’«indépendamment de ces effets liés à la taille des générations, le taux de mortalité à chaque âge baisse régulièrement au fil des ans, si bien que l’espérance de vie ne cesse d’augmenter». Résultat, les décès sont les plus nombreux à 87 ans (9.800) pour les hommes et 92 ans (14.200) pour les femmes.

>> Espérance de vie: toujours de fortes inégalités sociales

Si les décès sont globalement peu nombreux durant l’enfance, l’année qui suit la naissance fait exception. Ainsi, en 2013, 2.600 nouveau-nés sont décédés avant de souffler leur première bougie.

>> La mystérieuse hausse de la mortalité infantile en France

L’étude de l’Insee nous apprend aussi que la moitié des défunts sont morts dans leur département de naissance (un chiffre qui grimpe à 86% dans les départements d’outre-mer), 60% dans leur région de naissance et qu’une personne sur deux décède dans sa commune de résidence.

Par ailleurs, 70% des décès surviennent en établissement de santé ou maison de retraite et 25% au domicile du défunt.