Clowns dans le Nord-Pas-de-Calais: Le clown est «un personnage de fiction complexe et inquiétant»

INTERVIEW Jean-Bernard Bonange, rédacteur en chef de la revue «Culture clown» et acteur-clown explique pourquoi ces personnages font parfois peur..

Propos recueillis par Delphine Bancaud

— 

Un clown le 18 octobre 2014 au Texas.  (AP Photo/Tyler Morning Telegraph, Sarah A. Miller)/
Un clown le 18 octobre 2014 au Texas. (AP Photo/Tyler Morning Telegraph, Sarah A. Miller)/ — Sarah A Miller/AP/SIPA

Pour la première fois, un faux clown a été condamné lundi à Béthune (Pas-de-Calais) à six mois de prison avec sursis pour avoir terrorisé des passants. Jean-Bernard Bonange, rédacteur en chef de la revue Culture clown et acteur-clown dans la compagnie Bataclown à Lombez (Gers) réagit à ce détournement de l’image traditionnel du clown…

Comment expliquez-vous que des clowns sèment la terreur dans le Nord-Pas-de-Calais?

D’après les premiers éléments dont on dispose, il s’agit de jeunes adultes qui cherchent à attirer l’attention. Ils copient ce qu’ils ont pu voir dans certaines fictions américaines où le clown est un assassin. Pour ces jeunes, faire peur donne un pouvoir.

Pourquoi les clowns ont-ils autant inspiré de films d’épouvante?

Traditionnellement, le clown est un personnage fragile, joyeux, coloré, drôle, tendre et qui va à la rencontre des gens. Mais le fait qu’il porte un masque ou qu’il soit maquillé de manière outrancière a inspiré certains cinéastes qui l’ont parfois transformé en terroriste. Ce mélange des genres en fait un personnage de fiction complexe et inquiétant.

Pourquoi le clown traditionnel suscite-il aussi parfois la peur chez les enfants?

Son masque ou son maquillage effraie parfois les plus petits, car ce n’est pas la figure humaine à laquelle ils sont habitués. Et son nez rouge symbolise la passion et l’excès. Ce qui peut inquiéter, de même que le fait qu’il fonctionne par pulsion. Mais lorsqu’ils grandissent un peu, les enfants se reconnaissent au contraire dans ce personnage maladroit qui n’est pas adulte comme eux.

Rend-il aussi mal à l'aise certains adultes?

Quand je participe à des représentations de clowns lors d’événements d’entreprise par exemple, je constate que mon auditoire est surpris et parfois dérangé. Car le clown bouscule les conventions sociales. C’est un personnage libre qui regarde le monde en diagonal, ce qui dérange.

Craignez-vous que ces faits divers entachent l’image des clowns traditionnels?

Non cela ne va pas leur nuire. Car les spectacles de clowns continuent à très bien fonctionner. D’ailleurs au festival d’Avignon beaucoup de spectacles les faisaient intervenir.  Et le clown comme intervenant social dans les hôpitaux et  les maisons de retraite est en plein développement. Enfin, de plus en plus d’adultes suivent des stages d’art du clown pour développer leur fibre artistique et leurs capacités de communication.

<<< A lire aussi Cinq raisons d'avoir (vraiment) peur des clowns