VIDEO. Cinq raisons d'avoir (vraiment) peur des clowns

SOCIETE Certains clowns ont récemment déclenché la psychose dans le Nord de la France...

Thibaut Le Gal

— 

Grippe-Sou le clown du film "Il est revenu", adapté du roman "Ça" de Stephen King.
Grippe-Sou le clown du film "Il est revenu", adapté du roman "Ça" de Stephen King. — IGOR RYABOV/CATERS NEWS AGENCY/SIPA

«J'ai un gros nez rouge. Des traits sur les yeux. Un chapeau qui bouge. Un air malicieux»... Comme dans la comptine, le clown est censé nous faire rire. Mais le bouffon comique possède une autre face, bien plus inquiétante. Il a ainsi angoissé plusieurs générations d’enfants et d’adultes, à travers le cinéma notamment. Ces derniers jours, plusieurs clowns ont «terrorisé» le Nord-Pas-de-Calais. De nombreuses pages Facebook ont relayé le phénomène et entretenu la psychose. Dans cette actualité clownesque, 20 Minutes vous donne cinq raisons d’en avoir (vraiment) peur.

Le clown tue

D’où provient cette peur des clowns? Un article de The Smithsonian, repris par Slate, apporte quelques réponses. Cette crainte prendrait racine au XIXe siècle à travers le triste destin de Joseph Grimaldi. Ce célèbre clown anglais a connu la dépression et l’alcoolisme. Ses frasques, relatées par Charles Dickens, auraient forgé la première image du «clown triste». Jean-Gaspard Deburau, mime français qui inventa le personnage de Pierrot, est, lui, resté célèbre pour avoir tué avec sa canne un enfant des rues en 1836. L’image du clown se détériore définitivement avec John Wayne Gacy, dit «le clown tueur», reconnu coupable de 33 meurtres en 1978 aux Etats-Unis.

<<< A lire aussi l'interview de Jean-Bernard Bonange, acteur-clown qui explique pourquoi ces personnages font parfois peur

Le clown est terrifiant

Les scénaristes ont largement puisé dans ces faits divers pour nourrir films, séries, ou cartoons. Le clown incarne parfois la figure de l’horreur, à l'image du plus terrifiant d'entre eux, «Ca» de Stephan King, adapté à la télévision en 1990. Autre personnage resté célèbre, le «Joker» de Batman, incarné par Jack Nicholson puis Heath Ledger.

Heath Ledger dans "The dark knight" - © Warner Bros.

Plus récemment, la série américaine American Horror Story a choisi de placer sa 4e saison dans un cirque, déclenchant l'ire des clowns américains.

Un clown psychopathe de la saison 4 de la série American Horror Story - FX

Le clown est bagarreur

Le clown a aussi eu son personnage de catch. Matt Osborne, alias Doink the Clown, a combattu sur les rings dans les années 1990, accompagné parfois lors des combats par des nains aussi farceurs qu'agaçants.

Le clown a un visage étrange

Maquillé jusqu'à l'extrême, le sourire figé, le clown a le visage le plus effrayant qui soit. La peur exagérée des clowns a d’ailleurs un nom: la coulrophobie. La peur provient «probablement de ce visage étrange, dont on ne peut lire les intentions et qui ressemble en partie à un animal. Ce type d’image peut constituer un signe de danger pour un enfant», explique le professeur de psychiatrie Antoine Pelissolo au Nouvel Obs. Une phobie qui «s’associe souvent à une peur des masques, du maquillage, des déguisements ou même de certains animaux, autres phobies fréquentes reflétant des peurs fondamentales liées aux inconnus et aux prédateurs potentiels», ajoute-t-il.

Le clown fait n’importe quoi

Outre le Nord-Pas-de-Calais, d’autres régions ont été touchées par la psychose clown. A Bakersfield (Californie), des clowns munis de machettes et de battes de baseball se sont amusés à effrayer les passants.

 

En 2013, à Northampton, un clown aux cheveux orange a déclenché une psychose en fixant les passants, immobile, un bouquet de fleurs à la main.

 

>> Vous avez peur des clowns? Pourquoi? Réagissez dans les commentaires ou via contribution@20minutes.fr