Mort de Christophe de Margerie: Valls évoque un «grand capitaine d’industrie»... Poutine salue son «dévouement»...

REACTIONS Le PDG de Total est mort dans la nuit de lundi à mardi...

N.Beu.

— 

Le Premier ministre Manuel Valls, lors du congrès de l'Association des Régions de France à Toulouse, le 10 octobre 2014.
Le Premier ministre Manuel Valls, lors du congrès de l'Association des Régions de France à Toulouse, le 10 octobre 2014. — LANCELOT FREDERIC/SIPA

La classe politique n’a pas tardé à réagir à la mort de Christophe de Margerie, le PDG de Total, décédé dans un accident d’avion survenu dans la nuit de lundi à mardi à l'aéroport de Vnoukovo, près de Moscou.

L’annonce a été d’abord confirmée par le groupe Total qui, dans un communiqué, à dit sa «grande émotion» et sa «profonde tristesse». Puis les hommages ont suivi, et notamment du président de la République. François Hollande a salué le «talent» de Christophe de Margerie, qui défendait «l'excellence» de cette entreprise. Le chef de l'Etat a appris «avec stupeur et tristesse» ce décès, survenu dans la nuit, indique un communique de la présidence. «M. Christophe de Margerie avait consacré sa vie à l'industrie française et au développement du groupe Total. Il l'avait hissé au rang des toutes premières entreprises mondiales. M. Christophe de Margerie défendait avec talent l'excellence et la réussite de la technologie française à l'étranger. Il avait de grandes ambitions pour le groupe Total», ajoute le texte de l'Elysée. «C'était aussi un généreux mécène personnel et professionnel qui avait apporté son concours à d'importantes initiatives culturelles», poursuit-il.

«Un citoyen engagé», dit Macron

Avant lui, le Premier ministre, Manuel Valls, s'était exprimé tôt mardi matin, 7h. «La France perd un dirigeant d'entreprise hors du commun qui a su transformer Total pour en faire un géant mondial», ainsi qu'«un grand capitaine d'industrie et un patriote», écrit le Premier ministre dans un communiqué, dans lequel il dit avoir perdu à titre personnel «un ami».

Le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, a lui aussi rendu hommage à «un grand capitaine d'industrie». «C'est beaucoup de tristesse. Je (le) connaissais bien, c'est un ami que je perds. C'est surtout un grand patron que la France perd, un grand capitaine d'industrie», a déclaré Macron sur France 2. Le ministre de l'Economie a salué la mémoire d'«un citoyen engagé et un interlocuteur de confiance pour les pouvoirs publics». «Total, c'est le mariage de la vision d'un homme et de son courage, de l'engagement sans faille de tous ses cadres, qui vont avoir à réagir dans les jours à venir -et nous serons à leur côté pour créer la transition- et de l'Etat, parce qu'il ne faut jamais oublier qu'à l'origine c'est Elf et l'engagement de l'Etat français», a-t-il ajouté, soulignant que Margerie était aussi «un ami».

«Un grand leader», pour Raffarin

Un «ami», c’est aussi de cette manière que Rachida Dati a qualifié Christophe de Margerie, sur BFMTV. «C'est un grand ami, on se connaît depuis longtemps. C'est quelqu'un qui a un parcours humainement assez rare, très particulier... Je suis effondrée», a déclaré l'eurodéputée UMP, très émue. «C’était quelqu’un de très proche. J’ai beaucoup de peine. Nous devions dîner ensemble mercredi. J’ai encore ses mots en tête... a encore confié Rachida Dati. Je perds plus qu'un ami.» Avant d’insister à nouveau sur les qualités humaines de Margerie: «Au-delà d'être un grand patron, c'est une grande personnalité (...) la France perd beaucoup», a-t-elle encore ajouté.

Dans une des premières réactions au décès de Christophe de Margerie, le secrétaire général intérimaire de l'UMP, Luc Chatel, a quant à lui rendu hommage à «un grand patron qui faisait rayonner Total», sur son compte Twitter. Toujours sur ce réseau social, l'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin (UMP) a salué «un grand leader» et exprimé sa «profonde tristesse». Puis, dans un second tweet, il a évoqué «un homme profond dont l'humour était une clé de sa profondeur».

 

Le président russe, Vladimir Poutine, a salué le «dévouement» dans les relations franco-russes du patron du groupe pétrolier. «Le président Poutine appréciait au plus haut point les qualités d'homme d'affaires de Margerie, son dévouement continu non seulement dans les relations franco-russes mais dans toutes les formes de coopération», a indiqué le porte-parole de Poutine, Dmitri Peskov, cité par les agences russes.