Les médecins appelés à fermer leur cabinet du 24 au 31 décembre

CONFLIT SOCIAL «La coupe est pleine pour les généralistes», clament plusieurs syndicats de médecins en bataille contre le projet de loi santé de Marisol Touraine...

20 Minutes avec AFP

— 

Le 30/03/05  Un Žmédecin généraliste consulte un patient dans son cabinet.
Le 30/03/05 Un Žmédecin généraliste consulte un patient dans son cabinet. — Reportages

«Les médecins généralistes sont appelés à fermer leur cabinet du 24 au 31 décembre, pour protester contre le projet de loi santé et demander l'ouverture de négociations conventionnelles, a indiqué lundi l'un des principaux syndicats de la profession.

«Trop c'est trop ! La coupe est pleine pour les généralistes», clame dans son communiqué l'UNOF-CSMF, la branche généraliste de la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF), à l'origine de l'appel.

Des mesures qui fâchent dans le projet de loi santé

«Depuis des mois, se succèdent différentes mesures ignorant la réalité de la prise en charge globale et de qualité du patient par son médecin traitant», estime le syndicat, en référence notamment au projet de loi santé présenté la semaine dernière en conseil des ministres par Marisol Touraine.

Parmi ces mesures, l'UNOF-CSMF dénonce entre autres «la mise en place d'un service territorial de santé au public dirigé par les ARS, la réalisation des vaccinations confiées aux pharmaciens» ou encore «le blocage du tarif de la consultation à 23 euros depuis 2011».

Autre point de discorde : la «multiplication des contraintes administratives imposées au médecin généraliste» que devrait aggraver, selon le syndicat, la généralisation du tiers payant. Enfin, l'UNOF-CSMF reproche aux pouvoirs publics d'avoir réduit le financement de la formation continue des médecins.

Les médecins veulent «une véritable concertation»

Dénonçant le tarif des consultations des généralistes, «indigne des compétences requises et insuffisant», le syndicat réclame la mise en place d'une «véritable concertation» et «l'ouverture immédiate de négociations conventionnelles».

«L'exaspération des médecins généralistes devient comparable à celle de 2002», estime l'UNOF-CSMF, à l'origine à l'époque de «journées sans toubib». «Mais contrairement à 2002, la situation est beaucoup plus grave, car c'est le cœur du métier de médecin généraliste qui est remis en cause», prévient-il.

De son côté, MG-France, le premier syndicat de la profession, a appelé à une action similaire le 6 janvier. «Satisfait» de voir que l'UNOF-CSMF «se mobilise également», le président de MG-France, Claude Leicher, a indiqué qu'il appelait «l'ensemble des syndicats à se mobiliser autour du problème de la médecine générale».

La grogne n'a cessé de monter dans le monde médical depuis la présentation du projet de loi santé en juin dernier et malgré les appels du pied de la ministre de la Santé Marisol Touraine. La plupart des syndicats de libéraux avait déjà appelé à la mobilisation le 30 septembre lors de la journée des professions réglementées.