Karim Achoui de retour en défenseur des musulmans

JUSTICE L’ancien «avocat du milieu» signe un guide pratique à destination des musulmans et confie ses projets pour l’avenir à «20 Minutes»…

Anissa Boumediene

— 

L'ancien avocat Karim Achoui, habitué de la défense des figures du grand banditisme.
L'ancien avocat Karim Achoui, habitué de la défense des figures du grand banditisme. — Martin Bureau AFP

Karim Achoui a tout connu, la fortune, la gloire, une ascension fulgurante mais aussi une tentative d’assassinat et la prison. L’ex-avocat, qui fait ses armes avec Maître Vergès,  protège aujourd’hui l’islam en France dans Musulmans, quels sont vos droits (éd. Hors lignes), son nouvel ouvrage à paraître ce mercredi. 20 Minutes vous dévoile les projets de l’ex-avocat, qui prépare son retour.

Défenseur des musulmans

Durant sa carrière, Karim Achoui a défendu les intérêts de figures du grand banditisme, ce qui lui vaut le surnom d’«avocat du milieu», mais aussi  de Patrick Dils ou encore de célébrités, dont Djamel Debbouze, Sami Naceri et Karl Zéro. Mais désormais, c’est la cause des musulmans qu’il a choisi de défendre. Il signe un guide pratique «pour apporter des réponses concises mais techniques aux questions que ceux qui ont l’islam pour religion se posent aujourd’hui en France», explique-t-il. 101 questions qui lui ont directement été posées sur le site de la Ligue de défense judiciaire des musulmans (LDJM), une association qu’il a créée en 2013. «Les musulmans sont de plus en plus stigmatisés, cela témoigne d’un problème politique et sociologique. Et maintenant on assimile les musulmans à des terroristes qui vont partir le djihad. On est éclaboussé par une quantité d’amalgames», assure-t-il.

Bientôt un retour à la cour?

L’ancien avocat n’a rien perdu de sa verve, mais, radié du barreau de Paris, il ne peut plus exercer ses talents d’orateur dans un tribunal. Accusé de complicité de faux pour avoir utilisé la signature de sa compagne à son insu pour monter un commerce, il écope d’une interdiction d’exercer de cinq ans avant d’être radié du barreau de Paris pour infractions. Après s’être reconverti dans la restauration, Karim Achoui est déterminé à officier de nouveau dans les prétoires.  «J’espère rendosser prochainement la robe d’avocat», confie-t-il, à condition qu’un barreau français veuille bien l’inscrire. Mais l’ex-avocat aurait trouvé un moyen d'y parvenir. Et lorsque l’on demande à Karim Achoui s’il compte redevenir l’avocat du milieu, il répond simplement qu’il reviendra «au droit pénal», sans plus de précision. «Mais je défendrai aussi des musulmans dont les droits auront été bafoués. Bénévolement», assure-t-il.

Achoui porté à l’écran

Le 22 juin 2007, deux hommes à scooter lui tirent dessus à la sortie de son cabinet parisien. Deux balles de gros calibre le touchent. Karim Achoui survit et accuse la police d’avoir tenté de l’assassiner. L’année suivante, son ouvrage L’avocat à abattre relate cette théorie. La police dépose plusieurs plaintes à son encontre et l’avocat est condamné pour diffamation. En 2009, l’avocat confiait son intention d’adapter l’ouvrage au cinéma. C’est désormais chose faite, «le long-métrage a été tourné cet été sous la direction de Bibi Naceri, le frère de Sami», confie-t-il. Ne reste plus qu’à trouver un distributeur, pour une sortie en salle espérée au printemps 2015.