Semaine du goût: Les conseils d’une nutritionniste pour éduquer le palais de vos enfants

ENTRETIEN Alors que débute, ce lundi, la semaine du goût, la nutritionniste Véronique Liégeois donne les bons conseils pour apprendre aux enfants à bien manger…

Vincent Vanthighem
— 
Hérouville-Sainte-Clair, le 28 novembre 2008. Un enfant se prépare à manger une clémentine dans une école maternelle.
Hérouville-Sainte-Clair, le 28 novembre 2008. Un enfant se prépare à manger une clémentine dans une école maternelle. — MYCHELE DANIAU / AFP

81% des enfants ne savent pas reconnaître un poireau, ni une aubergine. 40% ignorent également qu’avant d’être des nuggets ou des tranches de jambon, le contenu de leur assiette courait dans une ferme.

>> Les faits: 81% des enfants ne savent pas reconnaître un poireau

Alors que le manque d’éducation alimentaire n’est pas sans conséquences sur la santé de nos «chères têtes blondes», 20 Minutes a demandé à la nutritionniste Véronique Liégeois de donner quelques conseils aux parents. Histoire que la salle à manger ne se transforme pas un champ de bataille.

«Emmenez-les au marché»

Le marché ou même les sessions de cueillette à la campagne sont autant de moyens d’apprendre aux jeunes à faire la différence entre une courgette et un concombre. «L’idée n’est pas de faire toutes vos courses avec les enfants, détaille Véronique Liégeois. Mais de les emmener de temps en temps au marché. Et surtout de prendre le temps de leur expliquer les choses…»

«Faites la cuisine avec eux»

Et pas que pour les gâteaux… Inviter vos enfants dans la cuisine au moment de la préparation des repas. «C’est ludique pour eux, détaille la nutritionniste. C’est comme un jeu avec des couleurs, des défis.» Sans s’en rendre compte, ils vont apprendre plein de choses sur l’alimentation.

«Obligez-les à goûter»

On ne parle pas ici de leur imposer une assiette entière d’épinards s’ils n’aiment pas Popeye. «Il ne faut qu’il y ait de blocage, poursuit la spécialiste. Mais soyez fermes et obligez-les à goûter tous les aliments. Ils ont le droit de ne pas aimer mais il faut alors qu’ils expliquent ce qui ne leur plaît pas. Est-ce le goût? La texture?» Un poireau en vinaigrette qui ne passe pas peut atteindre son but dans une soupe onctueuse.

«Non, les enfants ne meurent pas de faim»

Cas critique: votre enfant ne mange rien et ne veut rien manger. «Lâchez du lest, ce n’est pas grave, conseille Véronique Liégeois. Non, les enfants ne meurent pas de faim. Il mangera le jour où il ne pourra pas faire autrement.» En attendant, lâchez du lest et évitez le conflit. «Surtout, surtout, il ne faut pas accepter de préparer autre chose parce qu’ils ne veulent pas du repas».

«Donnez l’exemple»

C’est sans doute le meilleur des conseils. «Comment voulez-vous que vos enfants mangent des légumes si vous vous gavez de frites et de pâtes?», interroge l’auteur de nombreux livres de cuisine. Autrement dit: donnez l’exemple en vous resservant des salsifis.