Semaine du goût: 81% des enfants ne savent pas reconnaître un poireau ou une aubergine

ALIMENTATION Une étude réalisée par le site «Wecook.fr» lève le voile sur le manque d’éducation alimentaire des enfants…

Vincent Vantighem

— 

Lyon, le 24 janvier 2013. Un enfant apprend à découvrir les goûts en mangeant de la soupe.
Lyon, le 24 janvier 2013. Un enfant apprend à découvrir les goûts en mangeant de la soupe. — PHILIPPE DESMAZES / AFP

Quand il s’agit de se mettre à table, les enfants en font voir des vertes et des pas mûres à leurs parents. De fait, 81% des enfants âgés de 5 à 10 ans ne savent pas reconnaître un poireau ni une aubergine, selon une étude réalisée par le site wecook.fr que 20 Minutes dévoile ce lundi (lire l’encadré). Si la tomate connaît, elle, un vrai succès avec 90% de réponses positives, la courgette, elle, n’est reconnue que par 38% des chères «têtes blondes».

>> Eclairage: Un enfant sur trois mange devant un écran

Alors que débute, ce lundi, la Semaine du goût, les résultats de cette enquête ne surprennent pas vraiment Véronique Liégeois. «Notre alimentation est de plus en plus dénaturée, transformée, explique la diététicienne-nutritionniste installée à Coulommiers (Seine-et-Marne). Rares sont aujourd’hui les parents qui achètent encore des produits bruts pour les cuisiner eux-mêmes.»

Les haricots deviennent des «frites vertes»

Si, dans un quotidien surchargé, cela permet de gagner un peu de temps, l’achat de plats préparés n’est pas sans conséquences sur l’équilibre alimentaire des plus jeunes. «Alors qu’un enfant sur cinq est touché par le surpoids (3,5% par l’obésité), la consommation de fruits et légumes sous toutes leurs formes (cuits, crus, surgelés…) est indispensable pour notre santé», rappelle ainsi l’Association santé environnement France (Asef) qui avait mené le même type d’étude voilà un an.

>> A lire: Les conseils aux parents de la nutritionniste Véronique Liégeois

«La première saveur que le bébé apprécie est le sucré, décrypte Véronique Liégeois. Si, par la suite, l’enfant n’est pas éduqué sur les goûts, il ira toujours vers cette saveur.» Marché, cuisine: tout est bon pour leur apprendre à ne pas prendre des radis pour des concombres. «Mes enfants adorent préparer les repas avec moi, témoigne ainsi Armelle, une cadre parisienne, maman de deux petits de 3 et 5 ans. Mais c’est parfois compliqué de leur faire manger des légumes. Alors je triche un peu: j’appelle les haricots des "frites vertes" et ça passe.»

Les poissons panés nagent, les nuggets ont des plumes

Si la cuisine peut faire office de salle de classe, les travaux pratiques en plein air ne sont pas à dénigrer non plus. Les vacances à la plage peuvent être l’occasion d’expliquer que les poissons ne sont pas «carrés» et «panés» quand ils nagent dans la mer. Et un week-end à la campagne d’apprendre aux petits que les nuggets de poulet ont des plumes et courent dans la basse-cour avant d’être transformés. «Surtout, si l’on veut que nos enfants mangent des légumes, il faut que les parents donnent le bon exemple», conclut Véronique Liégeois.

 

L’étude de wecook.fr

Se présentant comme un «e-coach en alimentation» permettant d’équilibrer ses repas, le site weccok.fr a interrogé cent enfants de visu. 62% d’entre eux sont parvenus à reconnaître un pamplemousse et un poivron. Mais seuls 19% connaissent l’aubergine et le poireau.