Un animateur jugé pour des viols sur des enfants qu’il droguait à l’aide de milk-shakes

JUSTICE Déjà condamné pour l’agression sexuelle de onze petits garçons, l’homme de 37 ans est, cette fois jugé à Nice (Alpes-Maritimes) pour des viols et agressions sur dix-neuf autres enfants…

Vincent Vantighem

— 

Naucelle, le 16 juillet 2010. Des enfants partent en promenade lors d'une colonie de vacances (Illustration).
Naucelle, le 16 juillet 2010. Des enfants partent en promenade lors d'une colonie de vacances (Illustration). — REMY GABALDA / AFP

Après une sortie, une maman inquiète avait découvert de la vaseline, des gants en latex et des médicaments dans son sac à dos. Un ancien animateur de 37 ans est jugé, à partir de ce jeudi, devant la cour d’assises de Nice (Alpes-Maritimes) pour cinq viols et agressions sexuelles qu’il aurait commis sur dix-neuf enfants.

Un «Peter Pan» refusant de grandir

Décrit par ses avocats comme un «Peter Pan» refusant de grandir, Aurélien Jarrier n’est pas un inconnu pour la justice. Mis en examen en Alsace en mars 2007 pour agressions sexuelles alors qu'il était directeur d'un centre de vacances près de Colmar, il avait été libéré au bout d'un an et placé sous contrôle judiciaire en attendant son procès (lire l’encadré ci-dessous).

>> Reportage: «La plupart des pédophiles ne savent pas à qui s'adresser»

Contrevenant à son contrôle judiciaire, le jeune homme –décrit par les experts comme «un pédophile immaturo-pervers»– renoue alors avec une de ses amies de la région de Bourges (Cher) qui lui présente son jeune neveu et ses copains. Il est soupçonné d’avoir violé ou agressé six garçonnets essentiellement au domicile des grands-parents de son amie, résume Philippe Vique, vice-procureur de Grasse où l’affaire a été instruite.

«Les petits étaient vaseux»

Repartant dans le sud de la France, il s’en serait ensuite pris au petit frère et à la petite sœur d’une de ses connaissances avant de prospecter lui-même sur Internet. Inscrit sur le site «On va sortir», il organise entre avril et septembre 2010 44 sorties gratuites (piscine, camping, quads) pour approcher d’autres enfants avant d’être démasqué.

>> Interview: «Actuellement, on laisse le loup dans la bergerie»

A chaque fois, le mode opératoire semblait le même. L’animateur aurait glissé des médicaments dans les milk-shakes qu’il préparait pour les enfants pour abuser d’eux. «C’est un prédateur qui recrutait sur Internet, résume Sylvie Martin, avocate de deux petites victimes. Les familles étaient satisfaites, il était animateur, savait organiser des jeux.»

Mais, après plusieurs sorties, des mamans avaient remarqué que «leurs petits étaient vaseux», poursuit l’avocate, comme s’ils avaient été drogués. Agés de 4 à 15 ans au moment des faits, certains ne se souviennent en effet de rien. Le verdict est attendu pour le 24 octobre.

La lenteur de la justice critiquée

Mis en examen pour des faits d’agressions en 2007, Aurélien Jarrier n’a finalement été jugé qu’en 2013 et condamné à six ans de prison. C’est en attendant son procès qu’il aurait commis de nouveaux faits. «S'il y avait eu une instruction rapide, il aurait été condamné et aurait suivi des injonctions de soins», observe Fabien Collado, l’un de ses avocats qui précise qu'Aurélien Jarrier conscient de sa «maladie», a été victime enfant de violences sexuelles.