Bygmalion: Et maintenant, au tour de Jean-François Copé et Nicolas Sarkozy?

JUSTICE Après la mise en examen des deux dirigeants de la société, les juges pourraient désormais entendre l’ancien président de l’UMP et le candidat à la présidentielle de 2012…

Vincent Vantighem

— 

Le 8 décembre 2011 à Marseille, l'ex-président français Nicolas Sarkozy (g) et le président de l'UMP Jean-Francois Copé
Le 8 décembre 2011 à Marseille, l'ex-président français Nicolas Sarkozy (g) et le président de l'UMP Jean-Francois Copé — Gerard Julien AFP

«Complicité de faux et usage de faux.» Tout est dans le chef de prévention qu’ont retenu, ce mercredi, les juges pour mettre en examen Guy Alvès et Bastien Millot, dans le cadre de l’affaire Bygmalion. Si les deux anciens dirigeants de la société de communication événementielle sont soupçonnés d’être des «complices», c’est bien qu’il existe, dans l’esprit des juges, d’autres personnes qui pourraient être les auteurs principaux de l’infraction, voire les bénéficiaires (lire l'encadré).

>> Les faits: Les anciens dirigeants de Bygmalion mis en examen

L’étau se resserre donc autour de Jean-François Copé et Nicolas Sarkozy dans le cadre de l’enquête portant sur l’existence d’un système de fausses factures. Après 48 heures de garde à vue, Guy Alvès, cofondateur de Bygmalion, a en effet «confirmé devant les enquêteurs qu’un dispositif avait été mis en place aux termes duquel l’UMP prenait en charge de façon irrégulière des frais de campagne de Nicolas Sarkozy», a indiqué son avocat Patrick Maisonneuve.

Un «dérapage» de 18,5 millions d’euros

Se rendant compte que le candidat Sarkozy allait dépasser le plafond de dépenses autorisé, l’UMP aurait pris à sa charge, via un système de fausses factures, les frais supplémentaires en faisant croire qu’ils correspondaient à des conventions organisées par le parti. Selon une évaluation figurant au dossier, quelque 18,5 millions d’euros auraient ainsi été extraits des comptes du candidat pour apparaître sur ceux du parti.

>> Décryptage: Tout comprendre à l'affaire Bygmalion

Fin mai, lors d’une interview confession, Jérôme Lavrilleux, le bras droit de Jean-François Copé avait reconnu «un dérapage sur le nombre de meetings» du candidat Sarkozy et la mise en place d’un système occulte afin de le dissimuler. Il a toutefois toujours nié que le candidat et même le président du parti –contraint depuis à la démission– aient été informés de la création de ce système.


Jérôme Lavrilleux reconnaît un «dérapage» sur BFM TV.

Le SMS qui met à mal la défense de Sarkozy

C’est aujourd’hui tout ce que les juges cherchent à savoir. Jean-François Copé était-il au courant? Et Nicolas Sarkozy? Interrogé sur ce point sur France 2, l’ancien président de la République a répondu par une pirouette: «Est-ce que vous me prêtez deux neurones dans ma tête? Est-ce que vous croyez que si j’avais quelque chose à me reprocher au fond de moi, je viendrais m’exposer dans un retour à la politique comme aujourd’hui?»


Nicolas Sarkozy et ses «deux neurones dans [sa] tête» sur France 2

Une ligne de défense toutefois mise à mal par l’existence d’un SMS qu’aurait reçu Guillaume Lambert, directeur de la campagne de Nicolas Sarkozy, le 28 avril 2012, soit entre les deux tours de la présidentielle. «Jean-François ne vient pas à Clermont, il y est allé la semaine dernière. Louer et équiper la deuxième halle est une question de coût. Nous n’avons plus d’argent. JFC [Jean-François Copé] en a parlé au PR [Président de la République]», indique le message qui est alors envoyé par Jérôme Lavrilleux.

Bastien Millot commence à dénoncer

Pour remonter à la source du mal et connaître la liste des personnes au courant du système de fausses factures, les juges pourraient donc entendre prochainement les proches de Nicolas Sarkozy et Jean-François Copé qui ont travaillé sur la campagne présidentielle. Avant de convoquer directement les principaux intéressés. «Certains responsables, non des moindres, de la campagne présidentielle de 2012, essaient de se draper dans la posture d’une victime, alors même qu’ils le font sans doute un peu grossièrement et rapidement», a ainsi avancé, ce mercredi, Bastien Millot en sortant du bureau des juges.

Une enquête très large

Ouverte fin juin pour «faux et usage de faux», «abus de confiance» et «tentative d’escroquerie», l’information judiciaire a été confiée aux juges du pôle financier de Paris, Serge Tournaire, Renaud Van Ruymbeke et Roger Le Loire. Ces derniers ont donc mis en examen les deux fondateurs de Bygmalion. Leur contrôle judiciaire leur interdit de rencontrer Nicolas Sarkozy et Jean-François Copé.